Billet du 19 février 2022. La cote du théâtre de rue

Audincourt. 12 °C pluie



Dans l’échelle d’évaluation des arts, l’artiste de rue a la cote la plus basse, c’est le paria. S’il se vante d’avoir touché un français sur 3, il aggrave son cas, il est rejeté comme populiste, et a droit au mépris de l’intelligentsia théâtrale.

J’écris à Laure Adler : vous devriez inviter à votre heure bleue sur Inter un artiste qui parlerait d’un autre théâtre. Elle me répond par un texto du style : arrêtez de croire que l’on ne vous aime pas Jacques.

Eh oui, on n’a pas le droit de tout avoir, c’est défendu, on a choisi la marge, on n’a pas le droit de prétendre à un média national. Et pourtant c’est la marge qui tient la page.