top of page

Billet du 24 décembre 2023, la loi anti immigration


Edith et Adnan syrien d'Aleph


Cela me choque, le Président qui dit : cette loi  sur l’immigration reflète l’avis des français, c’est notre bouclier.

On ne trouve plus d’autre moyen pour gagner les élections  que de nommer l’ennemi commun : le migrant.

Des régions entières qui n’ont jamais vu l’ombre d’un migrant votent en masse anti -migrants. C’est quasiment le fantasme des punaises de lit.

On assiste à une manipulation de l’opinion publique sans précédent.

Le migrant devient la source de tous les maux.

Pourtant le Medef avertit que sans un million ou deux millions de migrants la France décroitra vu notre faible  taux de natalité.

Le grand argument  c’est de dire : vous accueilleriez chez vous des migrants ?

Hé bien justement, Monsieur Bardela, je fais partie de ces centaines de milliers de français qui dans l’anonymat le plus complet ont ouvert leurs maisons à ceux qui ont fui leur pays en guerre.   

Voici Edith qui accueille depuis plus de cinq ans : Adnan, syrien d’Aleph,  qui désormais parle très bien français.

J’ai honte.  Honte de ce gouvernement.  Borne devrait se souvenir que son père s’appelait Bornstein juif russe, rescapé de la shoah.

Un français sur quatre a des racines à l’étranger.

Quoiqu’il en soit, nous en sommes à la trentième loi anti -immigration,  et on aura beau construire des remparts et des barrières,  tant que l’on ne réglera pas le problème des inégalités,  de la faim dans le monde, des guerres etc. le phénomène des migrations restera inexorable.

bottom of page