top of page

Billet du 3 juillet 2024, le droit de rêver à quatre heures du matin


Photo de Virginie Foucault. Rimbaud à Vieux Condé



C’est le moment où l’oignon rejoint l’huile brûlante, ça grésille et ça jaillit hors de la poêle.

On le savait, mais on n’y croyait pas. Depuis le choc de 2002, le mouvement s’est amplifié, cela ressemble à ces glissements de terrain qui entraînent tout sur leur passage.

C’est la grande bataille des EDL (éléments de langage).

Chacun son langage : pouvoir d’achat, racisme, nazisme, anti -sémitisme, immigration, identité, Poutou, arabes, fascisme, Palestine,  fichiers S, créolisation, Pétain, De Gaulle, libertés, inégalités, collaboration, diabolisation, écologie, nature, peste brune, trahison, sécurité, peur, islam, et ça se débite comme des chapelets de saucisses.

On dirait des camions poubelles qui déversent des tombereaux d’arguments et d’insanités diverses, mais O stupéfaction, personne ne change de camp. On  a beau s’épuiser dans de longues explications, rien n’y fait.

Rassemblement National s’envole vers la victoire. Et la France apolitique et celle gauche se réveille, se rebelle.

On met en place le front anti -républicain. No pasaran.

Mais vous vous trompez, ils ont changé, ce ne sont pas les fascistes d’avant. Taisez- vous, leur base idéologique est la même ! Mais hein Mélenchon, vous en faites quoi ? Il faut le sortir de l’échiquier, c’est un fou, il marche de travers.  Il répète en boucle : j’ai fait 22%,  j’ai frôlé la finale.

Laissez- moi vous dire, laissez moi deux minutes que je développe mon argumentation, taisez -vous Mr Elkabache je m’appelle Livchine et je dis  :  c’est la mondialisation, les classes populaires de l’Europe toute entière se convertissent au populisme, elles craignent d’être colonisées par le Sud.

C’est le retour à la case invasion barbare. La majorité veut des remparts, des frontières, des murs, des camps, des prisons, des épurations. L’autre moitié ne jure que par le multiculturalisme. Les uns hurlent : on est chez nous, préférence nationale, les autres s’égosillent, régularisation, fraternité, partage.

C’est le moment de sortir la carte “messie”, l’homme ou la femme providentielle qui réconciliera et apaisera la société et qui nous apprendra à vivre ensemble.

Il faut chercher le point d’entente :  l’Art, la Musique, le culinaire, l’amour, les enfants, les animaux, un toit pour tous, l’eau potable.

Le capitalisme engendre la misère,  l’Occident continue de piller les richesses minières de l’Afrique, c’est la bataille du coltane, du tungstène, de l’uranium, du lithium, du manganèse du cobalt. On rajoute le réchauffement climatique.

L’afflux des réfugiés est inéluctable, nous n’en sommes qu’au début tant que les pays les plus riches ne prendront pas la décision de payer au juste prix les minerais divers.

Quarante ans d’invectives et de refus de se parler à la même table, tâcher de s’expliquer, d’arrêter la guerre de tranchées, de rechercher ce qui peut nous unir, est -ce si impossible que cela ?  Comment la France a pu se réconcilier  avec l’Allemagne après une tuerie sans précédent ?

On ne peut pas dire que le cordon sanitaire dressé entre le Front National et les forces républicaines et progressistes ait été un succès.

Je plaide pour cette réconciliation. Que toutes les forces anti macroniennes arrivent à se parler pour mettre en place un front uni anti -capitaliste.

“Il faut absolument être moderne , tenir le pas gagné, point de cantique, recevons les influx de vigueur et de tendresse réelle et à l’aurore armés d’une ardente patience nous entrerons aux splendides villes”


Donnons la parole aux poètes, écoutez bien Rimbaud : vigueur, tendresse, ardente patience, splendides villes

1873, il a dix -neuf ans. Il le dit aussi : l’heure nouvelle est au moins très sévère


On a le droit de rêver à quatre heures du matin



Comments


bottom of page