Kapouchnik 154

15 octobre 2022 : Salle remplie, malgré la crise du carburant. L’engouement ne baisse pas, mais les nouveaux ne sont qu’une vingtaine. Le Kapouchnik a ses adeptes. Le public nous connait bien, et c’est son plaisir de retrouver les comédiens. La grande force, c’est l’actualité toujours riche, et le mélange de bouffon et de sérieux. On a besoin d’auto- dérision.

Au dernier moment, Claire Mathaut ne peut pas venir, problème de santé. Idem pour Sébastien Dec.

Une jeune comédienne Sarah Brunone venue de Paris spécialement assiste à toute la préparation, elle voudrait tenter sa chance en décembre. U n syrien exilé du nom de Sami filme.

Les comédiens sont toujours et encore impressionnants dans leur jeu et leurs inventions.


12 comédiens. 11 sujets

Note globale auto évaluée 14/20

Enveloppe de 127 €

LES SUJETS TRAITÉS


Ce que vous avez raté à la télé


Un peu inégal. Pour l’évaluation, c’est le rire du public









Kremlinologie, Le 1.fr

Poutine et toute son équipe, souvent recrutée dans son club de judo. Thibaut en Poutine, danse russe . Mégalomanie du personnage, et il parle de reconstruire l’Ukraine.



Histoire de panne, L’épatant

Catherine en Ilda nous explique les remèdes à l’impuissance des femmes comme des hommes, Lorsqu’elle exprime tout ça en gestes, elle est irrésistible.








Coupe du monde au Qatar, Médiapart cette semaine

A l’heure où tout le monde parle du boycott de cette coupe du monde on rappelle comment la Quatar a obtenu le marché. Retour d' Eric en Sarkozy salué par la public. Bien -sûr il y avait corruption. Youssri efficace en émir.



Total, Libération aujourd’hui


Patrick Pouyanné le patron de Total est joué par Vincent qui n’a qu’une phrase à la bouche devant toutes les demandes : Je m’en fous. On voit défiler une femme en panne d’essence, Bruno Le Maire, et surtout Laurent Berger un peu traître, et un quarteron de la CGT tous moustachus. Le PDG s’en fout.


Les abris anti atomiques, Le Canard enchaîné cette semaine

Constance très crédible en vendeuse d’abri anti atomique. Catherine et Youssri visitent le show room, évidemment exiguë. A la fin, les ventes explosent lors de l’annonce de l’attaque de la centrale nucléaire de Zaporijia.





Iran : héroïnes de la liberté, Le Point 13/10

Sur un magnifique Bella Ciao, quatre femmes iraniennes font tournoyer leur voile avant d’être abattues. 1 minute trente seconde. Un peu court.


Les chiffres de Jacques

Inoui et effarant le nombre de visite sur le site pornographique Porn Hub. 42 milliards de visites par an , 115 millions par jour.

18 milliards les bénéfices de Total en 2021.

2,6 milliards distribués aux actionnaires

Pouyané le PDG a son salaire qui est augmenté de 51% soit 16 000 € jour.

157 milliards distribués aux entreprises. le quoiqu’il en coûte.

100 000 € le repas du président de région Rhône alpes pour 90 invités, Menu à 100 €. La sobriété commence bien.

Morts du Covid : 155 000

Morts en France en 2021 : 1 mort par minute 657 000

Naissances 742 000

Cas Alzheimer : 900 000 en France


Vol Rio/Paris, Médiapart cette semaine

Explication de Thibaut sur le dysfonctionnement des buses . Thibaut crédible (cela sert d’être ingénieur dans le civil). Le style du sketch joué aussi par Françoua est inspiré d’une émission de télévision connue.


L’horoscope, Est républicain 14/10

Excellente Catherine au top de sa forme dans une madame Irma agressive secondée par Constance.

L’aiguille du riromètre bat des records


Les 50 ans du FN, Charlie Hebdo cette semaine

Formidable numéro de Youssri en Jean Marie le Pen. Cela se termine par un chant nazi histoire de montrer le vrai fond du FN, comme dit Jean Marie le Pen le stylo a changé mais pas l’encre. Public un peu glacé.

QUI JOUAIT ?

Constance BIASOTTO

Vincent JEUDY

Eric PREVOST

Thibaut GAUTIER

Magali BERTHE

Samy GUET

Hervée de LAFOND

Youssri El YAAKOUBI

Jacques LIVCHINE

Catherine FORNAL

Françoua GARRIGUES

Michèle LAUTREY

Régie : Benjamin DREYFUS Sans oublier l’aide précieuse de Jean Bernard DREYFUS Claudine SCHWARZENTRUBER, et Estelle CHARDON

EDITO 154


On met la radio les nouvelles. Ah c’est bien ce qu’il dit celui-là, on sait pas qui c’est mais franchement il est précis, ses flèches suintent de vérité et de bon sens, bien- sûr il a raison. Or horreur de l’horreur, on donne son pedigree il est du clan que j’abhorre. Un jour j’avais été invité à prendre la parole dans un congrès de maires et quelle ne fut pas ma surprise de voir tous ces ennemis politiques se congratuler pendant les pauses. On aimerait tellement que les gentils soient d’un côté et les méchants de l’autre, cela simplifierait notre compréhension de la politique.

Jacques Livchine, metteur en songes