KAPOUCHNIK 41

15 décembre 2007

Je suis très tendu. J'ai peur de l'usure. La préparation a été complexe. L'actualité n'est pas facile à comprendre. Nous avons le même problème que les journaux : de quoi est- il important de parler ? Toute la France a les yeux braqués sur la visite de Khadafi et sa tente de bédouin. Autre incontournable, le procès de Colonna et sa condamnation à perpétuité. On fera l'impasse sur le mini- traité européen que les français avaient refusé et qui repasse subrepticement par le parlement. Le Kapouchnik va durer 1 H 43. Nos phrases de présentation du début ont duré 28 minutes, puisqu'Hervée a pris 5 minutes et 40 secondes pour raconter la saga de sa véranda. (Il le fallait)



Une de nos spécialités, les enchevêtrements un peu dingues. Il s'agit d'une scène ispirée par le magazine choc.

C'est un kapouchnik pêchu, avec des pics farcesques, des images, un bon équilibre. Comme me dit Audrey c'est le kapouchnik "je veux vivre". Sur la fin l'ambiance est si chaude sur le plateau, que je me crois le samedi soir chez Patrick Sébastien.




tiré de la même scène, rien ne vaut mieux que le doigtque le doigt



N'empêche qu'il faut comme à l'école distribuer les bons points et les mauvais points. Clément et Vahid : carton noir. Vous faîtes des gendarmes imbéciles dans le procès de Colonna. Non, notre but n'est pas la gaudriole tous azimuts. Et puis trop nombreux sont celles et ceux qui viennent chercher leur enveloppe sans avoir lu une seule ligne des journaux et à qui il faut expliquer qui est qui, pendant des heures. Et puis ce n'est pas normal, que seuls Hervée, Jacques et Marjorie proposent des sujets. (Et Michèle qui n'était pas là )

Et il faut parler de l'instinct de mimétisme. On traite les FARC avec de gros rires ponctuant chaque phrase, et voilà que la séquence Sarkozy et les journaux étrangers, se transforme en séance des Farcs.

Yousri mène très bien son Khadafi, lui qui se plaint d'être au chômage depuis que Ben Laden ne fait plus les unes.



la scène de l'avion, une des réussites de la soirée

Et encore Yousri nous fait un bon pilote de cet avion qui à Dehli ne décolle jamais. Samy est excellent en Johnny. Rachida malgré sa fragilité n'a pas froid aux yeux, ni dans la scène du viol, ni dans la lettre de la lycéenne. David nous fait un excellent Colonna. Etc. mais après bien sûr c'était la soirée du Sarkozy contrit (Eric tout en finesse), le retour de Sylvie en Ségo, lumineuse comme jamais.

On ne s'en lasse pas, le public non plus qui s'est arraché les places en une matinée.

Le final raclette a eu quelques ratées, à cause des prises de courant pas assez fortes. Je me couche exténué à 3 H 47.





la distribution



Rachida NUNO

Fred PATOIS

Julie GUET

Marc BULIARD

Sébastien DEC

David DOMGJONI

Audrey DONZELOT

Clément DREYFUS

Youssri EL YAAKOUBI

Hélène JOUVELOT

Bernard GOETZ

Sami GUET

Marjorie HEINRICH

Audrey LOPEZ

Hervée de LAFOND

Sylvie LALAUDE

Vahid ABAY

Jacques LIVCHINE

Amédine BELLO

Eric PREVOST

LES SUJETS DONT ON SE SOUVIENDRA PEUT ETRE

La visite de Ségolène à l'Elysée, où Sarko lui propose des chocolats/

Cet Airbus sans aile à New Dehli, attraction pour ceux qui n'ont jamais pris l'avion/

La condamnation à perpétuité d'Yvan Colonna/

La lettre de Rachida Dati quand elle avait 17 ans/

La soirée des godemichets/

la fête poudrée à Besançon /

la rencontre Khadafi, Sarkozy.



Vahid fait rire avec son nouveau profil rabelaisien

l'éditorial du programme


Démonter le Sarkozysme, un sacré chantier. Parce qu’il n’y a pas photo, l’exercice du pouvoir connaît une vraie révolution. Star hollywoodienne selon Lipovetski, (article du Monde) , analyse fouillée de Truong sur l’art du story telling dans la revue Philosophie. Le PS n’est pas mort du tout, mais cherche en vain la réplique, car les règles du jeu ont changé. Présidentielle Académy ! C’est une star que la gauche doit s’inventer. Ségolène en Sainte Jeanne d’Arc reste la mieux placée.

JL