KAPOUCHNIK N°50

25 octobre 2008


Salle hyper bondée. Plus de 370 personnes. Recette de 1531,00 € . Durée 1 H 50

La préparation est épuisante. A 16 H nous n'avons que 4 sujets.

Il faut absolument traiter la crise, J'y passe un temps fou, parce qu'on a envie de toujours trop dire, trop raconter, trop expliquer. Il faudrait en faire trop car cette crise est folle, avec l'Etat qui remet 10 milliards aux plus grandes banques.

On ne traite même pas Obama.

Il s'est passé un phénomène bizarre. Les deux heures de spectacle sont ponctuées de diverses fellations grotesques et autres signes de sexe, sans que l'on ait pu le prévoir l'après midi.

Parfois les sujets s'enchaînent avec le même comédien en majeur, c'est un peu monotone.

Petit drame interne : Hervée nous fait une soeur Emmanuelle l'après midi sidérante, convaincante, magique, et le soir , elle perd la voix du personnage et il ne reste rien de la magie. Vexation. Hervée dit qu'elle ne peut pas jouer et s'occuper à la fois de la régie.

Sinon, on ne parlera pas encore une fois de ce public magnifique, fervent, qui nous porte, nous soutient, nous encourage à continuer.

La soirée se termine au petit matin car c'est la fête "rue libre " avec intervention du Krache théâtre autour d "Autopsie", des Mont d'or chauds sur patate, et petit alcool de Volmerange.


La distribution

21 acteurs

Nicolas GENY, Robin LIMOGE, Sébastien DEC, David DOMGJONI, Audrey DONZELOT,

Clément DREYFUS, Youssri EL YAAKOUBI, Catherine FORNAL, Laurent GIROUD, Bernard GOETZ, Sami GUET, Marjorie HEINRICH, Sylvain HINDIÉ, Magali JACQUOT, Hervée de LAFOND, Michèle LAUTREY, Jacques LIVCHINE, Nathalie MIELLE, Marilyn PAPE, Eric PREVOST, Faustine TOURNAN.

A noter l'excellente prestation d'un nouveau venu : Nicolas Geny qui se fond rapidement dans les règles du jeu et nous crée de beaux personnages (Un entraîneur de Footbal, Guillaume Depardieu, et un directeur de banque).

LES SUJETS (12)


Ce que vous ratez à la télé ce soir – Télérama

Comme en 29 ? – Charlie Hebdo 22/10

Promotions en grandes surfaces – Le canard enchaîné 23/10

La p’tite blonde – Libération 23/10

Le parler racaille en Suisse – 20 minutes 21/10

Les nouveaux visages des millionnaires – VSD 15/10

Témoignage – L’Est Républicain 25/10

Pan sur les doigts, Footballeurs et Mnouchkine - L’Est Républicain 22/10

Parallèle - Depardieu/Rimbaud - Gala 23/10

Le violeur relâché – Libération 25/10

Comme une fusée Soeur Emanuelle – Le Point 23/10

Les chiffres de Jacques

La crise d’après Politis - Politis

3 sujets étoilés, mais pas de sujet à la traîne. Il n'y a que douze sujets , car la Crise est un sujet de seize minutes, c'est à dire l'équivalent de 4 sujets.

Une des chansons de la crise, sur l'air de j'ai la rate qui se dilate

J’ai le cac qui va mal

Le nasdaq qu’est patraque

Le dow jones qui s’emballe

Le nikkei qui déraille


Ah mon dieu c’est embêtant de ne rien y comprendre

Ah mon dieu c’est embêtant de voir la crise s’étendre


Y a les banques qui s’écroulent

Le pétrole qui descend

L’amérique qui s’épuise

Sarkozy qui s’agite


Ah mon dieu c’est embêtant de ne rien y comprendre

Ah mon dieu c’est embêtant de voir la crise s’étendre


Y a l’argent qu’est trop sale

Les actifs sont toxiques

Les milliards qui dévalent

Les banquiers qui mendient


Ah mon dieu c’est embêtant de ne rien y comprendre

Ah mon dieu c’est embêtant de voir la crise s’étendre


Y a Strauss Kahn qui emballe

Y a l’para dis fiscal

Et la spéculation

Y a les caisses qui sont vides


Ah mon dieu c’est embêtant de ne rien y comprendre

Ah mon dieu c’est embêtant de voir la crise s’étendre


Y a les hommes d’affaires

Aussi la récession

Tous ceux qui s’enrichissent

Et tous ceux qui subissent

Ah mon dieu c’est embêtant de ne rien y comprendre

Ah mon dieu c’est embêtant de voir la crise s’étendre


Y a les poches qui se remplissent

Y a la bourse qui descend

Et les économistes

Sacré capitalisme


Y en a marre de se faire avoir De se faire entuber

D’se faire manipuler De se faire escroquer


Ah mon dieu que c’est emmerdant de s’être laissé avoir

Ah mon dieu c’est emmerdant de s’faire prendre pour des poires


L'édito


Cela tombe bien, c’est aujourd’hui l’anniversaire de la crise de 29. On se régale.

Bien sûr c’est la faillite des banques, mais c’est surtout celle des spécialistes de tout poil, celle de tous ces économistes donneurs de leçon qui n’ont rien vu venir.

Pour ce coup-là, le gouvernement ne fait comme d’habitude, pas de commission d’enquête, on ne recherche pas les coupables, non, on accuse sans vergogne le capitalisme, la religion de l’argent, on fait comme si on n’y avait jamais touché.

Pendant ce temps-là, on anesthésie le peuple qui assiste impuissant aux grandes manœuvres financières. Il reste le théâtre pour tenter de nous réveiller.-Jacques Livchine, metteur en songe.