KAPOUCHNIK N°51

15 NOV 2008


Je me réveille vers 2 H 30 du matin, je suis tout seul dans le grand salon de l'Unité, ils sont tous partis. Le kapouchnik est une telle dépense de stress que pour se remonter et compenser juste après, on abuse d'un petit verre de punch, on dévore le couscous, et on s'écroule.

Hervée a décrété que c'était un bon kapouchnik, pas comme le N° 50 qui avait dérapé et le 47, le kapouchnik de rentrée où 7 sujets étaient très faibles. D'ailleurs tout le monde a cette sensation, que ce coup-là, c'était pas mauvais.

1 H 50

330 personnes. Pour le confort de chacun, nous avons limité les locations à 330.

17 sujets

21 acteurs dont 3 nouveaux.

Dans l'assistance une quarantaine de personnes sont là pour la première fois. Les nouveaux venus pestent contre l'absence de fléchage, car ils se perdent juste avant d'arriver à cause de ce satané sens interdit.

Rafik Harbaoui, et Didier Désiré sont des recrues qui ont apporté un peu de sang neuf. Le gospel Obama même s'il n'est pas chanté juste nous offre un final de comédie musicale.

Commémoration

La distribution


Didier COUCHI DÉSIRÉE, Rafik HARBAOUI, Olivier TIREL, David DOMGJONI, Clément DREYFUS, Youssri EL YAAKOUBI, Sami GUET, Marjorie HEINRICH, Sylvain HINDIÉ, Magali JACQUOT, Panxo JIMENEZ, Hélène JOUVELOT, Julie JOUVENOT GUET, Hervée de LAFOND, Sylvie LALAUDE, Jacques LIVCHINE, Nathalie MIELLE, Valérie MOUREAUX, Eric PREVOST, Fatima SEDDIKI, Marie-Leïla SEKRI.

LES SUJETS : 17


Ce que vous ratez à la télé ce soir – TV mag 10/11

Expérience – Marianne 15/11

Le sang d’Obama – Charlie Hebdo 13/11

Un trou ? Quel trou ? – Siné Hebdo 12/11

Le schizophrène – L’Est Républicain 13/11

Congopoly – Courrier International 13/11

Crise automobile – L’Est Républicain 04/11

Les banlieues n’ont pas eu leur dot – Le Monde 14/11

Commémorations – Montbéliard Mag’ nov. et Libération 13/11

Infanticide – Aujourd’hui 13/11

G20 – Libération 15/11

Tout ce que les hommes veulent – Ooops 07/11

Double suicide – Le Pays 12/11

Les chiffres de Jacques

TSS – Marianne 15/11

Lapidée en Somalie – Charlie Hebdo 13/11

Obamania – Paris Match 06/11


J'essaye de tirer quelques règles

- Personnages, c'est sûr. Dès qu'il n'y a pas de personnage, il n'y a rien. Un personnage c'est un accent, un maintien du corps, une transformation quelconque, perruques, moustaches.

- Des images. On ne peut plus mettre cinq gugusses en cercle sur le plateau et qui blablatent, il faut un élement de décor, une disposition, un lieu. Le G 2O n'était drôle qu'à cause du mat de bateau et de la tempête. Il faut faire dans la métaphore, parfois ne plus être réaliste.

_ Il ne faut pas avoir peur de préparer en amont. Le public s'en fiche pas mal de la vitesse d'éxécution le jour même.

Samy est arrivé pour le schizophrène avec musique et texte. Cela vaut la peine.

Hervée avait aussi pensé en amont au suicide de Bavilliers, cela donne un peu d'épaisseur.



Obama Gospel sur l'air de mamy blue

Refrain : Obama, Obama, Obama, oh Yes we can


Avant tout je suis américain Ni noir ni blanc américain Digne descendant de Cain

Je suis le messie planétaire Le nouvel espoir de la terre Un excellent publicitaire

Je suis un grand économiste, Je ne suis pas trop pacifiste Je ne suis pas du tout raciste

Je veux arrêter Ben Laden Et mon attaque sera soudaine Je lui ferai bouffer son adn

Je deviendrai un grand battant Main basse sur l’afghanistan Exit ces sacrés talibans

Je vais réformer la planete C’est sûr ce sera clair et net Je me servirai d’internet

Je suis le rêve américain Les banquiers sont tous mes copains Multiplication des pains

Attention, le kapouchnik est pratiquement plein à 16 H. L'entrée est gratuite, mais la sortie est payante. Sachez qu'une place de théâtre c'est au minimum 10 €. Evitez sauf si vous êtes dans la panade de mettre 2 €., Pour l'instant la moyenne est de 4 € par personne, ce serait bien de monter à 5 €, vu le plateau de 21 personnes qui vous est offert.

Si on continue d'avoir des recettes aussi basses, on fera l'entrée à 15,00 €, et on remplira c'est sûr, avec une autre clientèle, c'est sûr aussi.


Réflexions

Un de nos problèmes, c’est de ne pas se laisser aller à trop de gaudrioles et de facilités pour vous faire rire, car bien- sûr, comme tout public vous avez envie de rire. Nous estimons avoir un peu dérapé lors de notre dernier kapouchnik, une spectatrice nous a écrit une lettre dans ce sens. Les équilibres sont fragiles et peu maîtrisés dans un spectacle préparé en une journée, et les bouffonneries peuvent vite virer au vulgaire, alors que notre but fondamental,

c’est de passer l’actualité au scanner du théâtre, et non une simple partie de rigolade. -Jacques Livchine