Kapouchnik N°59

21 novembre 2009

326 personnes ont réservé. Obole de 1652 €

Durée : 1 H 35 minutes. 15 sujets.

Phrases de présentation : 13 minutes.

17 comédiens.

Aux fourneaux : Muguette Cadet. Goulash hongrois.


Il faut signaler que d’habitude le remplissage du Kapouchnik se fait en une matinée, et que là il nous a fallu une dizaine de jours pour remplir. Etait-ce un avertissement ou un hasard ?


L'édito

Le kapouchnik de tous les dangers. Que s’est il passé la dernière fois ? Nous nous sommes livrés à une auto critique sévère. 17 sketches, 12 mauvais. L’écroulement.

Trop long, pas percutant. C’est jamais gagné d’avance. Qui accuser ?

Il est vrai que notre matière première n’était pas très riche, mais on ne peut pas accuser l’actualité. Peut être étions nous un peu trop sûrs de nous.

Cher public, c’est bien, vous ne gobez pas tout, nous avons eu des retours négatifs.

Alors ce soir, en principe nous avons pris des mesures draconiennes pour retrouver notre énergie, et notre fraîcheur. Ce soir, nous traquons grave.-Jacques Livchine


La distribution


Christophe ALLWRIGHT, Patrick BARBENOIRE, Corinne GUILLEMIN, Philippe COULON,

David DOMGJONI, Clément DREYFUS, Youssri EL YAAKOUBI, Julie GUET JOUVENOT,

Marjorie HEINRICH, Hervée de LAFOND, Michèle LAUTREY, Jacques LIVCHINE, Nathalie MIELLE, Marilyn PAPE, Eric PREVOST, Fatima SEDDIKI, Faustine TOURNAN.

Avec l’aide précieuse de Claudine SCHWARZENTRUBER et Nicolas COURGEY .


On a droit au début à 17 remarques sur la main de Thierry Henry puisque c’est la une absolue de toute l’actualité.


Tous les sujets tiennent la route, et par exemple franchement cette histoire de coccinelles franc-comtoises, à l’énoncé du sujet je trouve cela très suspect, mais voilà, c’est le prétexte d’une image très drolatique.


 

Ce qui signifie de plus en plus que ce n’est pas vraiment ce qu’on joue l’essentiel, mais comment on le joue.


N’empêche que maintenant on institue la règle qu’il y a des sujets incontournables, que l’on n’a pas le droit de passer sous silence, style le Grand emprunt , la taxe professionnelle, les désordres du PS.


Il y a un bon rythme, le fait que l’on décide de mettre en scène Martial Bourquin enchante notre public, même que certains ont reconnu son premier adjoint Gérard Bailly bien reproduit par Youssri.



Christophe Allwright sur le thème de la fessée nous fait un chanteur engagé d’enfer.




Pour ce qui est de moi, je suis ravi d’avoir joué, Uri Davis, ce juif devenu palestinien et admis au comité central du Fata.


On termine par un tableau grandiose” le j’y étais” de Nicolas Sarkozy, véritable déchaînement collectif décoiffant.


LES SUJETS


France Irlande – Toute la presse

Renouvellement de carte d’identité – Le Nouvel Obs 19/11

La rénovation d’Audincourt et les embouteillages – L’Est Républicain 20/11

Chanson contre la fessée – Rue 89 et Le Point 19/11

40 coups de fouets pour porter un pantalon – Le Nouvel Obs 19/11

Distribution d’argent gratuite interdite – Paris Match 19/11

Rocard aime Juppé – Le Monde 20/11

Mon mari me trompe-t-il ? Test – Libération 17/11

La taxe professionnelle – L’Humanité 18/11

Crépage de Chignon, Peillon / ségolène – Libération 20/11

Les chiffres de Jacques

Les coccinelles – Le Pays 21/11

Nuit au commissariat, les flics mâteurs– Le Canard Enchaîné 18/11

Uris Davis juif et dirigeant palestinien – Le Figaro 20/11

Sarko : j’y étais – Marianne 14/11