top of page

Kapouchnik 86 et 87

26 janvier 2013




86


Un kapouchnik très bizarre.

Pour la première fois depuis quasiment dix ans, on se retrouve avec une moitié de salle.

En effet, les conditions climatiques sont extrêmes. Plus de 200 personnes renoncent. 


Cela nous déstabilise, on n’a plus la pression de la salle ultra pleine, mais ça va le faire tout de même.

Kapouchnik de 1 H 55. Les phrases billard vont durer 30 minutes, pourtant certaines étaient très drôles et méritaient d’être un peu longues.

Comme d’habitude, il y a des petites imperfections, des oublis, des courtes longueurs. Souvent quand c’est bien en répétition, ça baisse le soir, la confiance en soi n’est jamais un atout.

On décide d’autre part de consacrer aux événements du Mali et de la prise d’otage du site gazier In Amenas un sujet de 11 tableaux qui va durer 20 minutes.

On voulait terminer par une sorte de morale, de conclusion finale, mais ce n’était pas une bonne idée, Marcel Djondo l’a joué trop didactique.

Francoua Garrigues, grande nouvelle, trouve son Hollande , et dans le physique et dans les intonations.

Autre nouveauté, la dominante chant et musique. On se retrouve avec six chanteuses. Et le chant va sauver quelques sujets.

On termine par une choucroute de Muguette , mais à 1 H du matin quand on reprend les voitures, on retrouve des blocs de glace, on met une demie heure à rentrer dedans et certains comme Livchine ou Claudine sont obligés de coucher sur place vu l’état impraticable des routes.


LES SUJETS TRAITES

Ce que vous avez raté à la télé

le savoir faire de Samy

Victime de sa pilule – Est Républicain 14 janvier

Le docteur aux prises avec l’ange et le démon pour prescrire la pilule de 4 ème génération

103 SPL Est Républicain 15 janvier

Beau numéro de Vincent jeudy pour son premier kapouchnik

Les Franc-Comtoises à la manif – Est Républicain 14 janvier

On ressort l’école ste Odile pour l’occasion, un de nos spectacles, évidemment ça marche très fort, Hervée en mère supérieure inénarrable avec ses baskets.

Terminus dans l’immeuble – 20’ 16 janvier

premier Kapouchnik bien réussi pour Eve Arbez

50 nuances de graisse – Marianne de cette semaine

accompagné d’une très joiie chanson de Samy et de Clotilde

L’Assemblée Générale de l’association Eclats de rire d’Héricourt – Est Républicain 11

janvier

Peut -être le meilleur sujet de la soirée, catégorie Franche Comté profonde.

Sommes-nous devenus des obsédés

du contrôle ? – Marianne de cette semaine

Sauvé par la musique. Clotilde, Maggy, Samy ont composé une chanson

Depardieu – Marianne de cette semaine

Marjorie excellente , et une belle chanson russe de Catherine et Cécile

Les chiffres de Jacques

La tragédie du Mali – Toute la presse

LA DISTRIBUTION


Christophe ALLWRIGHT

Eve ARBEZ

Magalie BOLLE

Philipe COULON

Cécile DALLIER

Sébastien DEC

Latifa DJERBI

Marcel DJONDO

Youssri EL YAAKOUBI

Catherine FORNAL

Françoua GARRIGUES

Samuel GUET

Marjorie HEINRICH

Vincent JEUDY

Hervée de LAFOND

Jacques LIVCHINE

Clotilde MOULIN

Eric PREVOST

Sophie RAIVE


L’éditorial du programme



Je me demande ce que nous avions fait au Kapouchnik pour le 11septembre 2001, il y avait de la matière, mais je ne m'en souviens pas. Evidemment le Kapouchnik n'existait pas encore. Il y avait qui en 2001 ? 14 bonshommes menés par un certain Ben Laden, qui ont fait trembler le monde entier. Et alors douze ans plus tard, où en sommes nous ? Nous avons coupé la tête du serpent mais son corps a repoussé de plus belle. En douze ans, tous les experts, les hommes politiques, les spécialistes ont produit des milliards de mots, mais pas un, pas un seul n'a osé aborder le fond du problème qui est simple. L'islamisme, le djihadisme se développe sur des terres pauvres, et a prise sur les laissés pour compte du monde entier. La guerre Occident contre Islam, remplace ce qu'on a connu capitalisme contre communisme. On nous parle de supprimer le terrorisme, or c'est la pauvreté qu'il faut supprimer. Le Kapouchnik de ce soir évoquera les événements en cours en Algérie et au Mali qui nous glacent autant que le sol d'Audincourt. On est content, nous, tels les médecins qui se réjouissent des nouvelles maladies, le théâtre se nourrit des chaos de l'histoire.



Jacques Livchine


87 23 janvier 2013





Salle hyper bondée. Une annonce sur Radio France Belfort nous amène une vingtaine de personnes sans réservation.

Durée : 2 H 06

19 comédiens.

Curry d’agneau de Muguette.

- 3°C dehors et pourtant même sans chauffage on a trop chaud.

On arrive encore à nous étonner nous mêmes . Le sujet « l’origine du monde» le célèbre tableau de Courbet dont on croit avoir trouvé la tête est traité par Marjorie, Sophie, Catherine et Eve, cette scène restera dans les mémoires

Deux petites leçons à retenir. Quand il y a des vrais textes précis, on ne peut pas les apprendre totalement par coeur en un après midi, faut avoir une petite fiche à la main. Cela a été le cas pour des citations de François Hollande.

D’autre part, vouloir lire un discours un peu long de Christine Taubira était présomptueux de notre part, il faut en tirer l’essentiel dans une grande concision.

Une nouvelle catégorie fait jour, appelons la «saga». Histoire racontée en plusieurs tableaux, cela aura été le cas des manuscrits de Tombouctou, 16 minutes avec un grand suspens.


La harpe de Clotilde est un véritable plus, le jingle Findus a beaucoup fait rire.

Notre choeur féminin a fait fureur dans la scène du pape.

On doit encore se méfier des sujets sans angle d’attaque assez fort. Recopier le journal ne fait pas une scène.

Dans la catégorie personnages pimentés, le duo Catherine, Youssri le couple roumain de l’abattoir Doly com a excellé.

Phrases billard : on a poussé notre cri à 20 H 46, on a commencé les sujets à 21 H 16, 30 minutes de phrases billard, c’est trop, même si elles étaient plutôt bien. Sébastien a montré que l’on pouvait être performant en 30 secondes. Va falloir rester dans la minute réglementaire.


Les sujets traités

Ce que vous ratez à la télé.

efficace comme d’hab

L’affaire Spanghéro

Bien pédagogique on montre le circuit infernal de la viande

Thérapie du sniper.

Pas évident pour Thibaut d’être en personnage majeur. Trop colle-à -l’article.

L’origine du Monde

anthologique

Promesse N° 62 de François Hollande.

Planté par les trous de texte. Si Francoa tient son Hollande, Youssri n’a pas trouvé son Mosco.

La femme qui ne connait pas la peur

sujet scientifique.

Silver business

Très beau sujet sur la mine d’or que sont les maisons de retraite.

Les immolations

Belle dramatique , par une grande simplicité on transpose le feu.

Taubira en boxeuse

bon traitement, mais Hervée se noie dans le texte lu.

Les chiffres de Jacques

C’est bien d’avoir un axe «on nous dit c’est la crise, mais pas pour tout le monde».

Fait divers à Héricourt

scène masquée. Mais c’était mieux l’après midi en répétition.

La colère gronde

Les licenciements traités en pur agit prop

Papus interruptus.

Transcendé par le choeur des femmes.

Les manuscrits de Tombouctou

une belle construction en plusieurs tableaux. Eric assume bien le lead.

Final échevelé mais mal chanté.


LA DISTRIBUTION (19)


Eve Arbez

Patrick Barbenoire

Philippe Coulon

Cécile Dallier

Sébastien Dec

Youssri El Yaakoubi

Ludovic Estebeteguy

Catherine Fornal

Françoua Garrigues

Thibaut Gauthier

Samy Guet

Marjorie Heinrich

Hervée de Lafond

Jacques Livchine

Clotilde Moulin

Eric Prévost

Nicole Rivier

Sophie Zanone

Léa Zehaf


L’éditorial


Chaque comédien a droit à une minute de présentation personnelle, il doit être sincère, personnel et parler de son actualité intime, la phrase doit faire “billard” sur les spectateurs, c’est à dire faire en sorte qu’elle ait à rebondir, donc il faut y mettre un peu de mystère, un peu de suspens, une chute énigmatique ou inattendue, on doit dire, mais pas tout dire. De plus, il y a une mention obligatoire qui permet à ceux qui n’ont pas grand- chose à raconter de se présenter tout de même. Ce soir le sujet sera “les dents”. Avant le repas du samedi midi, on passe au crible de la critique les phrases de chacun. C’est l’épreuve qui fait trembler tous les acteurs. Pour qu’il y ait quelque chose à raconter, il faut bien qu’il se passe quelque chose d’anormal ou de décalé dans nos vies, ensuite le raconter en faisant “billard” n’est pas évident du tout. Tout ça pour dire qu’un Kapouchnik, ce n’est absolument pas improvisé. JL









































Comments


bottom of page