KAPOUCHNIK N°10


18 septembre 2004 (les éditions 7,8, 9 n'ont pas été retrouvées)




25 acteurs, 1 H 40 .



On voit que maintenant le monde tourne autour des problèmes de l'islam, des réfugiés, de l'immigration. Il faut que l'on commence à se méfier du"ça marche, parce que ça rit". Il faut aussi se dire que le kapouchnik, ce n'est pas l'énergie à tout prix, le décoiffant à tout prix. Faut se préserver des zones d'émotion. Faire rire, oui, mais faire pleurer aussi. Bon, on est partis un peu trop dans la gaudriole, mais ça fait du bien d'expulser nos inquiétudes par le rire. Le lendemain, la mémoire a déjà effacé pas mal de choses des mémoires : il restera cependant la femme qui refuse de vendre son terrain aux époux Brahmia, les petites culottes du procès innénarable d'Outreau. Le retour des pieds noirs en Algérie avec une incroyable composition de Catherine Fornal en Algérienne, les otages d'Irak et Chirac qui ne pense qu'à Zizou, évidemment Youssri qui s'en donne à coeur joie, Marine issue de l'école de Chaillot qui confirme une belle présence.
 
Julie est déprimée, je lui demande pourquoi : c'est la lecture des journaux me dit-elle. Julie ne lit les journaux que quand il y a Kapouchnik. 
Mais je lui dis : ce n’est pas pire qu’avant. Si tu crois que tout le monde profitait de la croissance pendant les années 70. 
Avant il n’y avait pas l’Irak, il y avait l’Algérie, l’OAS, le Vietnam, le rideau de fer. 
Et encore bien avant, on ne pouvait même pas sortir le soir, les rues n’étaient pas éclairées, il fallait savoir se défendre. Et puis les blousons noirs, t’as pas connu ça Julie… 
Mais alors si rien ne bouge, à quoi ça sert tout ça ? 
On fait en sorte que cela n’empire pas trop. Parce que ce que t’as un peu raison tout de même. Le génocide industriel style nazi, on n’avait jamais connu ça, ni les catastrophes du nucléaire, ni le sida, ni le réchauffement, ni les OGM, ni les clonages, c’est pourquoi même, nous les artistes, nous n’avons pas le droit de nous mettre en dehors du monde….
 
Jacques Livchine 18/09/2004
 




La distribution :

Marine DUSEHU
, Shannon FINNEGAN
E, et la Brigade d’Intervention Théâtrale avec :
 Vahid ABAY, 
Marc BULIARD,
 Sébastien DEC, 
Marcel DJONDO, 
Audrey DONZELOT,
 Clément DREYFUS, 
Marielle DURUPT,
 Youssri EL YAAKOUBI, 
Catherine FORNAL, 
Eliane GEISS,
 Bernard GOETZ,
 Julie GUET,
 Samuel GUET, 
Panxo JIMENEZ,
 Hervée de LAFOND, 
Sylvie LALAUDE, 
Jacques LIVCHINE, 
Nathalie MIELLE, 
Gaetan NOUSSOUGLO, 
Fred Goobi PATOIS, 
Eric PREVOST, Areski SEDIKI, Marie-Leïla SEKRI,
 Patrick VOITOT sans oublier l’aide précieuse de 
Claudine Schwarzentruber et Frédérique Weber
 .


LES SUJETS



Le bal à Berlin – Marianne 18/09


Les cadeaux aux riches – Les échos 17/09


Les pieds noirs en Algérie


Jugements pour états d’ivresse – Le Pays 16/09


Sarko écrase les prix

L’arme électronique – L’Est Républicain 15/09


L’Asie asexuée – Libération 18/09


Brèves de Marc


Du cannabis très convoité – Le Pays 18/09


Les inspecteurs du travail – Libération 16/09


Vaccins contre la polio– Le Figaro 16/09


Hold-up à l’aspirateur – Le Parisien 11/09


L’avion du GLAM – Le canard enchaîné 15/09


L'affaire des pédophiles d'Outreau– Le Pays 18/09


Les chiffres de Jacques


La sonnerie du portable – Le Pays 12/09


Régime bio


L’affaire du terrain – Toute la presse


Oui - non : le referendum – Toute la presse


Un SDF en feu – Le Pays 18/09


Journalistes en otage – L’Est Républicain 18/09


Perrier – L’Humanité 17/09


Fresnes Saint Mames – L’Est Républicain 17/09


Ivan et Jeanne – Toute la presse