Billet du 30 octobre 2022, appuie sur le champignon si t'es un homme.





Depuis vingt ans, tous les matins, j’emprunte la D 73, une départementale où cela circule, puisque en allant vers l’Est on se retrouve en Suisse, et ses salaires attractifs, ce qui engendre la catégorie frontalier. Ici la prospérité nait de la Suisse.Tous les matins j’hume le paysage des prairies. Il y a les chevaux des Franches montagnes, à l’esthétique raffinée, et nos Montbéliardes pacifiques à souhait. Parfois elles sont au repos, toutes couchées la tête dans la même direction. Jean Luc Godard affirmait que pour l’équilibre et le moral, il fallait au moins voir cinq chevaux ou cinq vaches chaque jour.

Ensuite on traverse Pierrefontaine les Blamont ; au classement des plus beaux villages de France, il obtient au moins cinq étoiles. Le parking du cimetière est une zone de co -voiturage pour les frontaliers qui travaillent soit à Chevenez pour les pompes Busch ou un peu plus loin à Porrentruy ou Délemont là où se fabriquent les fameux couteaux suisses. On tourne à droite sur la D35 ;à gauche il y a toujours deux brebis assez grasses, et à droite une prairie avec une paire de chevaux comtois. Les chevaux vont par deux, sinon ils s’ennuient.

Réflexe, l’autoradio. Nicolas Demorand et Léa Salamé, sur Inter , parfois une échappée sur RTL pour Laurent Gerra. Et le refrain lancinant, le dérèglement climatique, le réchauffement de la terre dû en grande partie aux gaz d’échappement. Il suffirait de rouler moins vite pour diminuer les émissions de CO2 de 25 %.

. Mais gare à moi si je décide de choisir une vitesse de croisière quatrième âge. On me dépasse avec vrombissement de moteur ou même klaxon d’énervement .

On doit être à 80 km/h et tous sont à cent, tous, car ce sont des hommes dans les SUV, d’ailleurs des chasseurs, et on connait le vote des villages franc-comtois.

Sur l’A 36, c’est l’anneau de vitesse de Monthlery, ça fait vingt ans qu’on n’a jamais vu de radar mobile entre le péage de Saint Maurice et l’Isle sur le Doubs, alors c’est la formule 1.

La voilà la grande hypocrisie, la première de toutes les décisions à prendre serait de réduire la vitesse à 110 km/H ou 100 Km/heure comme en Suisse. Mais il n’en est pas question. Les lobbies sont puissants. Touche pas à ma vitesse, c’est le mot d’ordre. Où l’on voit que la politique est encore entre les mains des mâles, responsables de 99,3% des accidents mortels. La testostérone entend -on partout.

Et moi je roule comme je l’entends, parfois ma consommation est en dessous de 5 Litres au cent. J’en suis fier, mais zéro reconnaissance, que des injures et des queues de poisson.

Et pendant ce temps là, ça se chamaille autour des motions de censure dont on est sûr qu’elles ne passeront pas. Et de s’interroger sur l’abstention aux élections.