Billets 2019,2020,2021

2019

Dimanche 6 janvier 2019, l’épiphanie

Scénario GJ. Suite du scénario. La gauche est grillée, la droite est grillée, la démocratie représentative à l’ancienne est grillée. Plus de modèle. La chute libre, et cela dans le monde entier.

Alors, c’est bizarre, je repense aux Tuches , ce film que d’ailleurs je n’avais pas trouvé si crétin, finalement ce n’est rien d’autre qu’un Gilet Jaune à l’Elysée avec toute sa famille. Ça calmerait tout le monde, un autre exercice du pouvoir, ne plus se sentir gouverné par une oligarchie.

Audincourt 14 janvier 2019 / Pluie 8°C

Léa qui a moins de 30 ans a été émue par mon bouquin, tant mieux, mais elle est déprimée et me demande conseil. Elle aimerait trouver le mode d’emploi du bonheur.

Alors je me suis mis à me souvenir des 14 plus grands pics de bonheur que j’ai connus dans ma vie.

Stupéfaction ! ce n’est pas le théâtre qui vient en tête mais l’amour avec 5 citations.

Mais en fait il y a le fond de sauce de la vie, les rencontres, les amis, les repas avec beaucoup de monde autour de la table, les relations, être avec les autres.

Et puis aussi arriver au bout d’une création.

Dimanche 19 janvier. Villars les Blamont. Cheminée. -2°C

Il y a dix ans j’avais écrit : je mourrai le samedi 23 février 2020. C’était ma prédiction. Or nous y sommes presque. Je ne plaisante plus sur cette date. il me resterait donc un an à vivre. Or l’Unité va être compagnie associée à Scène Vosges à Epinal en 2020. On a déjà établi un calendrier, il y a des dates après ma mort annoncée. Je n’ai pas envie de déserter, de ne plus être là. Je note 5 avril 2020, 12 décembre 2020 etc. Je ne vais certainement pas dire : je pense que je serais absent. Cela mettrait une mauvaise ambiance.

Dimanche 26 janvier, Malakoff , 8°C pluie continue

Le grand débat National : deux scénarios, soit tout est joué, Macron continue son chemin, soit il change carrément de cap.

Par contre, ce qui est sûr, c’est que la Culture ne sera jamais évoquée.

Et pourtant les milliers d’artistes qui oeuvrent sur les territoires en proximité avec des publics sensibles ou en difficultés, ceux- là non seulement touchent à peine le SMIC mais par dessus le marché reçoivent tout le mépris des inclus du théâtre et les quolibets de la presse parisienne.

Dimanche 3 février 2019 . Malakoff . 3 °C

Il faut que j’arrête de me projeter dans les vies des autres. Cette femme qui enregistre les entrées à l’hôpital semble s’ennuyer. Avez vous votre carte vitale ? votre ordonnance etc. Et toute la journée, et tous les jours, les mêmes questions. Elle a de la chance, elle a du travail, et pourtant, elle semble s’ennuyer, s’ennuyer, elle ne sourit pas. J’aimerais entamer une conversation avec elle sur le temps de cuisson du gigot par exemple, mais son visage est obstinément fermé. Et tous les jours, je rencontre des hommes et des femmes dont la vie semble être d’un absolu ennui. Oui, j’ai l’outrecuidance de penser que ma vie est plus passionnante, que d’autres vies. Je sais que j’ai tort. Cette femme a des passions secrètes qu’elle ne veut pas me faire partager.

Dimanche 10 février 2019 Villars les Blamont. 9°C Alerte orange, vent à 90 km/h

Je lis le dernier livre de Yuval Noah Harari et une petite phrase m’intrigue et me stupéfie. Il y a des fake news dont la durée de vie est de plus de mille ans, et dans ce cas, elles deviennent plus vraies que vraies.

Qui va s’amuser à nous dire qu’Abraham, Jésus ou Mahomet ne sont que des légendes inventées ? Toutes ces religions prônent l’amour, c’est bien, mais en leur nom, nous sommes prêts à nous égorger les uns les autres.

Et voilà comment tout l’équilibre de la planète ne repose que sur des fake news. Moi je le sais depuis longtemps pour le pratiquer : le mensonge est bien plus fort que la vérité.

Samedi 16 février 2019. Villars les Blamont ; 15 °C Soleil

La nature m’envoie des signaux de plus en plus explicites : la fin approcherait. Les genoux ont perdu de leur souplesse, la mémoire a tendance à flancher, l’audition faiblit imperceptiblement, les érections se raréfient, leur longévité et leur dureté laissent à désirer.

Or la médecine est là, qui me propose non pas une remise à neuf, mais des aménagements, des améliorations, des compensations qui vont me permettre de retarder l’échéance finale.

Et voilà comment l’économie des retraites est déficitaire. Nous vivons trop longtemps ! Je ne serai pas occidental, je moisirai depuis longtemps sous terre.

Samedi 23 février 2019 Villars les Blamont . 12°C ensoleillé

Quarante sept ans que je partage mon destin théâtral avec celui d’Hervée de Lafond. Alchimie mystérieuse. Rien ne devait nous rapprocher. Une famille aristocrate pétainiste, une famille juive immigrée. Des caractères strictement opposés, elle frontale et courageuse, lui lâche et laxiste. Elle, célibataire amoureuse de solitude, lui entouré d’une énorme famille, elle fière et confiante, lui honteux et rempli de doutes, elle bien cadrée et rigoureuse, lui approximatif et aimant se perdre.

Voilà donc sur papier une alliance improbable et d’avance condamnée à l’échec.

En fait ce qui nous a uni, c’est un amour immodéré d’un public différent de celui des théâtres habituels, c’est sortir de l’entre- soi confortable du microcosme théâtral, c’est le refus de la carrière, c’est simplement l’amour du théâtre.

Dimanche 3 mars 2019, Malakoff. 15°C

Paris, samedi soir, rue de la Gaité, les cafés regorgent de monde, les fumeurs occupent les trottoirs, pinte de bière à la main, les crêperies, les restaurants chinois, libanais, japonais, coréens sont pris d’assaut. Il y a là une France bien en forme, jeune, sûre d’elle, au porte monnaie bien rempli. Le cinéma du boulevard Montparnasse fait le plein. On entend au loin les sirènes de la police qui vont casser du Gilet Jaune. Au même moment il est 22 H 45 à Audincourt, tout est désespérément vide. Les 4 personnes qui étaient au cinéma au Colisée regagnent leur Peugeot. Seul le kebab près de la blanchisserie de la rue de Valentigney a son néon allumé. Un seul client est attablé, il joue avec son portable.

Dimanche 10 mars 2019. Villars les Blamont. 10°C Venteux.

Méditation du matin. Tout s’use. Le système théâtral devient obsolète. Les jeunes loups de la mise en scène ne veulent pas les clefs des institutions. Les émissions de télé s’usent, on n’en peut plus d’Ardisson et de Ruquier. Les émissions de radio amusantes au début finissent pas lasser : par Jupiter nous désespère. Les journaux, bof. Les penseurs du siècle se crament les ailes : Onfray, hmm, Edgar Morin. Toutes les expos ne provoquent que de l’ennui. Les bouquins nous tombent des mains. Les films ne nous aimantent plus. Les amours sont telles des pierres à briquet qui ne sécrètent plus d’étincelle.

Même la terre a pris un coup de vieux. Alors ? Où te caches- tu, passion qui nous fait vivre ?

Lundi 18 mars 2019. Rennes. 10°C

Le Fouquet’s les Champs Elysées , brûlés, détruits, tagués etc. Acte 18. Il y a un terrorisme de la pensée qui règne et surveille tout ce qui va se dire sur ces événements, et si j’émets le moindre avis, on m’enfermera dans des cases. Si je dis : l’oligarchie est en cause, je suis un extrémiste, si je dis : elle est bizarre cette affaire, je suis un complotiste, si je dis : le peuple n’en peut plus, je suis populiste et communiste. Une seule certitude : électoralement parlant, cela conforte la droite. Théâtralement, le jet de bouteilles de champagne s’écrasant sur les boucliers des CRS, cela donne de belles images.

Dimanche 24 mars 2019 Malakoff 10°C

Je regarde un documentaire sur Brecht, Brecht qui m’a ouvert les yeux. Brecht que j’ai adulé, Brecht dont j’ai épousé tous les préceptes, toutes les valeurs. Mais la société a évolué. les valeurs du communisme se sont fripées comme mon visage. Le vieux monde s’est écroulé, s’est disloqué. Il faut changer de mémoire, tuer la nostalgie. J’essaye de savoir où se niche le théâtre du 21 ème siècle, est- il vraiment né ?

Samedi 30 mars 2019 Villars les Blamont. 15 °C ciel très bleu pur

Les poules votent pour le renard, les brebis pour le loup. Voter pour son prédateur, au moins on est sûr du résultat. Il y en a d’autres qui votent “colère”. Il y a les résignés qui ne votent pas. Il est curieux de constater qu’après tout le remue -ménage des gilets jaunes, rien n’aura trop changé dans les habitudes électorales des français.

Quelques friandises auront été distribuées aux pauvres, tandis que les riches continueront d’enterrer leur magot dans des iles lointaines.

Dimanche 7 avril 2019. Malakoff. Printanier. 18 °C

Nous avons voulu faire un théâtre neuf, différent, offensif, inventif, vigoureux. Nous avons fui les boites noires et leur public qui nous semblait moisi et nous sommes allés conquérir les places publiques. Nous avons inventé une nouvelle esthétique, le théâtre à 360° le public -population.

Nous avons créé un mouvement qui peut être restera dans l’histoire comme le fait majeur du théâtre de la fin du vingtième siècle. Les compagnies de théâtre de rue ont été cent fois plus présentes à l’étranger que la Comédie Française. Et pourtant nous sommes encore victimes d’un rejet du Ministère de la Culture, de ses Institutions, des médias. Vouloir être reconnu est ma grande faiblesse.

Dimanche 14 avril 2019 Villars les Blamont. 3°C

Je trompe ma femme, je la trompe à ma manière qui n’est pas très orthodoxe. Je lui raconte toutes les aventures parallèles qui m’arrivent régulièrement, des femmes qui viennent me rendre visite, et qui me couvrent de caresses, une autre qui m’a emmené chez elle, j’évoque toutes les demandes que je ne peux satisfaire à l’âge où les facultés amoureuses ont perdu de leur vigueur. Elle aime l’idée d’avoir épousé un séducteur qui plait et dont les conquêtes sont si nombreuses. Tout n’est qu’imagination, et cela fait 54 ans que cela dure.

Dimanche 21 avril 2019 . Pâques Villars les Blamont : 15 ° C

Les polémiques sont des fleurs sauvages, elles poussent partout, j’aime bien les polémiques. La dernière en date : tu donnes aux pierres, mais pas aux pauvres. Il y en a une qui persiste depuis longtemps : as tu le droit d’être blanc et de jouer un noir ? As tu le droit de prendre la place d’un amérindien pour parler de son problème, ne vaut -il pas mieux lui laisser la place ? Ainsi une pièce est l’objet d’attaque pour un problème de masque noir. Alors les artistes hurlent tous : liberté de création ! N’empêche que lorsque le curseur s’approche de moi, je change d’attitude. Un metteur en scène caricaturerait les juifs façon nazie, je commencerai à changer d’avis. Quelque part au fond de moi, je ne serais pas totalement anti -censure.

Dimanche 28 avril 2019. Villars les Blamont. Pluie 8°C

Macron évoque l’art d’être Français.C’est quoi cet Art ? La France ce ne sont pas ses hommes politiques ou ses généraux, ce ne sont pas ses industriels, ou ses oligarques. L’essence de la France , c’est la langue française et ses auteurs : Rabelais, Montaigne, Victor Hugo Rimbaud, Baudelaire etc

Dimanche 5 mai 2019 Villars les Blamont. Neige 2°C

Si je m’en souviens bien, c’était en août 1973, lors des vacances en Lozère dans un hameau près de Lanuejols. Le vieux Villeneuve conduisait ses deux bœufs attachés par un joug, il s’arrêtait toujours devant la maison des parisiens, pour échanger quelques sentences philosophiques, et j’entends encore ses paroles prophétiques : « Le climat est en train de se détraquer ». Il l’avait senti quarante ans avant tous les savants climatologues. Et ce 5 mai je suis sous la neige et je repense au vieux Villeneuve qui roulait les R.


11 mai 2019 Villars les Blamont. 11°C

Je lis un livre sur l’identité culturelle selon François Julien. J’espère que lui même comprend bien tout ce qu’il dit, car moi je n’en comprends que

quelques bribes. Le communautarisme est paraît il l’ennemi. Pour le supprimer, il ne faudrait pas parler de nos différences mais au contraire

de ce que nous avons en commun. Je schématise.

Mais ceux qui le dénoncent, style les intellectuels, forment eux mêmes une communauté bien fermée avec ses tics, ses routines ses valeurs. Ma grand mère ne fréquentait que des cercles russes de la porte de Saint Cloud, pourquoi lui en vouloir ? Mais bizarrement quand ce sont des musulmans,

qui se fréquentent entre eux, tout le monde s’énerve.

19 mai 2019 Villars les Blamont. Pluie. 12 °C

Je n’ai pas besoin de sondage, je n’ai pas besoin d’enquête d’opinion, j’ai Josette.

Josette est une basique de bon sens, elle représente j’imagine une bonne partie de la France. Josette me demande : il y a des élections ? On vote pourquoi ? Je lui parle

des Européennes, elle fait pfiiit +un geste de la main, style qu’elle n’en a rien à faire.

Mais si par hasard elle entend Marine qui lui demande impérativement de voter,

elle lui donnera sa voix. Et moi je dis quoi à Josette ?

Vote Glucksman ou Manon Aubry ou Jadot ou le communiste dont je ne sais même

pas le nom. Josette me demande si je parle chinois

Dimanche 26 mai 2019 Malakoff . 20 °C

En 2002, c’était carrément pire que la peste l’arrivée du FN au second tour des présidentielles.

Et maintenant les voilà carrément en tête des européennes, ils ont rangé leurs insignes nazis, attirent le vote populaire. Ils sont là, dans le paysage. Sont ils des fascistes ? Ils parlent de démocratie comme les autres etc.

Ce n’est pas spécifiquement français ce phénomène, c’est une vague mondiale. Faut -il avoir peur ? Faut il prendre les armes ?

Va surtout falloir que nous les anciens, apprenions à penser

21 ème siècle.

Dimanche 2 juin 2019 . Villars les Blamont. L’été. 28°C

Une pensée frappe à ma porte : C’est nul, la politique, les politiciens, les indigentes lois, mais à quoi ça sert? Laissons le pouvoir aux ONG, aux associations, aux initiatives locales. Là c’est du concret, là on voit les résultats immédiatement, et non pas ces lourdeurs de parlement, avec leur langage poli, ampoulé, et non pas les formatés des grandes écoles. Et me voilà classé populiste, dégagiste, anti élite etc . Alors je me pose la question. La politique a t-elle changé une seule fois en 76 ans le cours de ma vie ?

Réponse : en 1981, la gauche ne serait pas passée, notre théâtre serait mort depuis bien longtemps. On doit tout à la gauche. Pour la première fois, on a reçu de l’estime et du subside. Et ça il ne faudrait jamais l’oublier. Jamais, et ainsi donc résister aux poussées démagogiques de l’opinion, et des 49,3% qui s’abstiennent.

Lundi 10 juin 2019. Capdenac 14°C Pluie

Jadis, j’avais une certitude, je croyais que le communisme était le régime idéal, puis cela s’est écroulé. Ensuite j’ai pensé que la démocratie était le meilleur système de gouvernance, puis peu à peu elle aussi a été rongée par les mites, elle ne résiste pas au pouvoir de l’argent qui est seul maître à bord. Partout le capitalisme triomphe, il s’adapte à mille situations, il lâche du lest quand les inégalités sont trop criantes. On ne parlait que du chômage, et maintenant c’est la motivation climat qui prend les devants. La productivité abime la planète. On nous demande de moins consommer. Le capitalisme va t-il encore sortir victorieux face à ces nouveaux enjeux ?

Dimanche 16 juin. Amiens. Ciel gris

Nul doute que fréquentant le théâtre depuis cinquante ans, nous soyons assez difficiles question goût. Alors nous sommes étonnés par certains enthousiasmes, nous avons de nombreuses divergences avec les uns et les autres. Ce qui leur paraît innovant nous semble être du “déjà vu”. Et je refuse de répondre à la question habituelle. “Alors t’as aimé” ? Rien ne se joue pour moi dans le plaisir immédiat, mais c’est une pérégrination lente dans le corps et la tête avant de connaitre l’impact réel d’un spectacle. Pour l’instant je n’ai en mémoire qu’hospitalités de Massimo Furlan vu à Mulhouse, la chronique d’un village près de Pau jouée par les habitants eux mêmes.

Samedi 22 juin 2019 TGV 3604 Lyria entre Montbéliard et Paris. 3 jours avant une canicule

J’aurais tellement besoin de hurler, de crier, de protester, de critiquer, de dire du mal, d’injurier, mais je suis condamné l’auto -censure. J’appartiens au système, je dépends de financements publics. Ce serait suicidaire de ma part de cracher dans la soupe. Alors je me tais, et toutes mes frustrations se sédimentent provoquant en moi une prolifération de vilaines cellules agressives. Pourtant j’aimerais écrire des philippiques genre j’accuse qui feraient la une des journaux. Mais voilà, les subventions, ça oblige.

Dimanche 30 juin Villars les Blamont 35 °C

Désarroi : je ne sais plus ce que je fais ni pourquoi,

je hais le public trop conformiste, trop moutonnier.

Je vis avec la métaphore des clés

Combien de portes puis- je ouvrir avec ma clef ?

Parfois je ne sais plus rien de la cérémonie du théâtre,

plus de repères, et puis un matin tout s’éclaire

une personne, une seule, a compris

a saisi, a vibré, a vécu, m’a parlé

et cela justifie plus de 40 ans de recherche

à toucher l’autre

Il y a un tel océan d’insensibilité, et là j’ai tellement senti le mot juste.

Dimanche 7 juillet 2019 . Nevers. 33°C . Orage hier soir

Pas d’Avignon cette année. pas de désir d’Avignon cette année. Ni en spectateur, ni en acteur.

Mon compteur affiche environ 40 Avignon. Sensation d’avoir tout vu, tout vécu.

En fait dans la vie ce qu’il y a de plus exaltant c’est aller là où il y a du désert.

Oui, l’arrivée du théatre en banlieue c’était une sensation nouvelle,

le festival de Nancy, c’était comme un oxygène tout frais,

nos premiers pas dans la rue ressemblaient à ceux des premiers pas sur la lune.

Il n’y a que la mort que je n’ai pas vécue. Comme dit Vian : je ne voudrais pas crever avoir d’avoir goûté la saveur de la mort.

Dimanche 14 juillet. Rosières, Blanjhac Haute Loire. 25 °C

Petit déjeuner qui dure des heures sous le tilleul. La nu!t a été fraiche. On fait couler café sur café pour les nouveaux arrivants. Maison de l’arrière -grand père de Sophie dont la maman accueillait Kateb Yacine qui aimait écrire sous le ciel bleu du Velay. Je regarde Sophie que je connais depuis ses 17 ans, il y a 39 ans, si fraiche si accueillante si bienveillante. Bien -sûr j’ai mis sur la table mes sujets favoris. Fantazio est dans un mode de feu d’artifice de créativité verbale et souterraine. je dis à Sophie qui acquiesce : ce genre de petit déjeuner qui s’éternise , c’est un peu ça le bonheur.


Dimanche 21 juillet. Villars les Blamont 26 °C

Nos gouvernants, aussi cultivés et intelligents, soient-ils, ont l’entendement très limité quand il s’agit d’évoquer les inégalités et les injustices. Une vague populaire vient d’emporter notre ministre de l’écologie sous le prétexte de diners fastueux arrosés de vins fins. Ils prétendent et ils ont raison : le président du parlement avait la loi avec lui, oui, les frais de bouche attribués à l’Hôtel de Lassey étaient de 1200 € par jour. Ainsi donc, tous ministres trouvent tous injustes cette vindicte populaire. Ils n’ont rien compris au mouvement des gilets jaunes. Le peuple n’acceptera les sacrifices qu’on lui demande qu’à partir du moment où les hommes politiques adopteront un train de vie plus modeste et moins ostentatoire.

Lundi 29 juillet. Morette (isère) 25°C

Il y a des mercis qui sont vides et sans âme et d’autres qui derrière ces deux syllabes cachent une riche émotion. Ue femme s’approche de de moi après le Rappoporchestra de Morette, elle me répète les mots de la fin : c’est exactement ça, dit -elle, les vivants ferment les yeux des morts, et les morts ouvrent les yeux des vivants. J’ai vécu de 1943 à 1945 dans ce village qui a recueilli mes parents pendant la guerre, jusqu’à l’âge de deux ans, et ce 28 juillet 2019, j’y reviens, la mairie a affiché les photos de mes parents, oncles, tantes, grand mère, soeurs, cousines, et moi tout petit. Je vois apparaître dans le registre des écoles le nom d’Annie ma soeur, et je pense : je vais tout raconter à Annie, mais non zut, Annie vient de mourir, et quand je veux dire aux habitants, c’est curieux, j’ai l’impression que ma soeur Annie est là, une digue pète dans ma tête: je ne peux pas me retenir, un tsunami de larmes m’envahit, je pleure, je pleure et j’ai honte.


Dimanche 3 août 2019 . Villars les Blamont.Beau temps 28 °C


Qui a envie d’ouvrir sa porte à quelqu’un qu’il ne connait pas ?

Qui a envie de prêter sa maison à quelqu’un qu’il n’ a jamais vu?

Pourquoi dans les TER, on fait très attention de s’asseoir là où il n’y a personne ?

Pourquoi l’autre nous fait peur ? Pourquoi aimons-nous tant rester entre nous ?

Pourquoi y a t-il des étables pour les vaches, et des écuries pour les chevaux ?


Dimanche 10 août. La Chaux de Fonds. 19 °C

Le théâtre est un cas à part. La littérature, le cinéma, les arts plastiques, on peut tout consulter, tout savoir, mais la connaissance du théâtre échappe aux experts car théâtre s’écrit sur le sable.

Que peut le jeune qui rentre au Ministère de la Culture et qui est en charge du théâtre ? Même s’il a fait Normale sup, même s’il est agrégé, il ne connait le théâtre de la fin du vingtième siècle que par images, vidéos ou ouï dire.

Je sais, mon pauvre expert, ce n’est pas de ta faute si tu n’as pas connu le festival de Nancy, le théâtre de la Cité de Villeurbanne, Kantor, Vilar, Barrault, si tu n’as pas vu Brecht au théâtre des Nations, la Taganka, Beno Besson, Joan Litttlewood, les débuts de la Commune d’Aubervilliers, les débuts du théâtre de rue etc. Mon pauvre expert, tu n’y connais rien et tu dois faire avec.

Dimanche 18 août St Flour 23 °C

Je fais la connaissance d’un employé du parc National des Cévennes. Je suis subjugué par sa culture. Il sait tout des vautours, des chauves souris, des cerfs des sangliers, des loups etc. Il sait reconnaitre la mâchoire du loup sur la gorge d’une brebis et ce que le loup aime le mieux dévorer. il soupçonne certains éleveurs de faire passer les chiens sauvages pour des loups.

Nous gens de théâtre nous croyons que nous détenons les clefs de la culture, qui nous permettent de décrypter le monde.

J’ai pris une énorme leçon de modestie.

Dimanche 25 août 2019. Sext en Lozère. fait frisquet le soir

Aurillac. On m’aborde : si vous saviez à quel point vous avez compté pour moi. Ah vous êtes bien Livchine de l’Unité ? On vous suit on vous aime. Chtou devant 800 personnes : Je vous demande d’applaudir Jacques Livchine et Hervée de Lafond, sans eux, rien de ce qui se passe aujourd’hui n’existerait. Et ça continue et ça continue. J’ai tellement aimé votre Nuit, c’est prodigieux. Et moi de rester insensible et frigide. Car dans ma pauvre tête je pense : si seulement ces messages venaient de personnes importantes, directeurs, ministres, journalistes., si seulement ces personnes pouvaient me faire jouer la Nuit Unique.

2 septembre 2019. 1 H 55. Villars les Blamont 14 °C

Trente cinq heures sans dormir. Nous entrons dans l’univers des dérèglements de tous les sens.

Nous oublions la civilisation et et redevenons des humains d’il y a 40 000 ans.

35 heures sans dormir, nous ne pensons plus qu’à tenter de nous nourrir, nous sommes redevenus des primitifs.

Quand la situation nous dépasse nous tournons vers le ciel pour se faire aider par quelques divinités consolatrices.

Hier nous avons fait la Nuit Unique. Aujourd’hui nous errons.

Dimanche 8 septembre 2019 Faenza (italie) 18 °C

Au cours de nos pérégrinations théâtrales, nous rencontrons souvent des personnes remarquables au désintéressement absolu pour qui l’argent n’est absolument pas le moteur de la vie.

Tanja faisait partie de la compagnie du hasard de Blois, puis a intégré le Teatro due Mondi de Faenza.

Elle parle alternativement l’allemand, sa langue maternelle, le Français couramment, l’Anglais et l’Italien.

Elle organise, elle administre, elle est en plus comédienne, et est habitée par une gigantesque passion du théâtre pour lequel elle est prête à tout sacrifier.

Tanja vous insuffle de la force et de la confiance dans l’humanité.

Dimanche 15 septembre 2019 . Villars les Blamont 26 °C

La capitellophobie : c’est la peur des cadeaux

Oui, cela va être le 54 ème cadeau que je vais lui faire, à la même date depuis 54 ans. Je suis paniqué à cette idée : Les voyages, les trousses de toilettes, les fleurs, les parfums, plantes, les grands restaurants, les incroyables surprises, les mises en scène bizarres, les valises, les cures thermales, les manteaux, les bottes, les couettes, les châles, un I phone, les poèmes d’amour, les enregistrements de chansons, les retours à sa maison natale les yeux bandés, c’est fait. Alors le stylo : la voilà la bonne idée , mais elle n’en veut plus. Un bijou, oui, mais elle est allergique à l’or. Je suis en pleine crise de capitellophobie.

Audincourt, mardi 24 septembre 2019 12 °C

Il y a Louis c’est fini, François c’est en train, Nadine, Jacques c’est bientôt et moi avec.

Arrêtez de vous lamenter.

Nous sommes des centaines dans l’anti -chambre, arrêtez de pleurer ou d’envoyer des messages du style bats- toi. La mort finit toujours pas gagner, arrêtez avec votre empathie pour tous ceux qui souffrent, même les riches finissent par morfler eux aussi.

Arrêtez de pleurer sur les bougres qui errent pour chercher un meilleur endroit que de là où ils viennent.

Non, barricadons- nous avec des serrures trois points et appliquons le principe : moi d’abord , mon chien, et ma famille. Chacun chez soi et chacun pour soi.

Villars les Blamont. dimanche 29 septembre 2019 . 23 °C

Mort de Chirac. déferlements d’éloges à jets continus. Cela ne dépassera jamais la frénésie Halliday, mais c’est épuisant. Oublié l’impopularité, les grandes grèves, les casseroles, les condamnations. On a l’impression d’assister à une sanctification, à une béatification. Et puis les formules toutes faites : il aimait la France, il était la France. D’accord il n’ a pas suivi les américains en Irak, ce qui était le service minimum, mais nous à l’Unité on n’oubliera pas qu’il a fermé un lieu culturel qui nous abritait : la MJC théatre des de deux portes, à Paris, avec un mépris et un cynisme incroyables, puisqu’il offert cette MJC parisienne à la Police.

Genève , samedi 5 octobre 2019. 12 °C

Me voilà voué aux gémonies moi vieux mâle hétérosexuel blanc dans un rassemblement de racisés.

Il faut s’accrocher pour suivre l’évolution des moeurs.

LGBTQI+

Non, les intersexes, ce ne sont pas les trans, il faudrait rajouter les asexuels, les non dyadiques, les binaires, la sapio -sexualité. Le + je ne sais plus, je vais aller m’informer.

je suis ringardisé, on ne sait plus accorder le participe passé, on me dit : faut mettre un X, car le binaire c’est finix. Heureusement la nature a programmé la disparition de l’espèce 1943.

Malakoff, dimanche 13 octobre 2019 23°C

J’aime les dilemmes.

Le dernier en date : faut- il laisser Eric Zemmour s’exprimer sur les médias ?

On avait écarté des années durant Marine le Pen, des médias d’information.

J’ai bien peur que l’interdiction soit un attiseur, puisque la voilà en tête de quasiment toutes les élections.

L’islamophobie, la peur du migrant, sont des idées répandues dans toutes les couches populaires, Zemmour en est devenu le chantre. On aura beau l’interdire, toutes ces idées continueront de croître, il ne faut pas avoir peur de se battre

pied à pied contre lui. Quand il dit : tous les dealers en France sont à 99 % arabes, il faut savoir lui répondre.


Villars les blamont . Dimanche 20 octobre 2019. 19°C


J’aime les calmes dimanches, le silence de la campagne, les coulemelles dans la forêt, un peu de lecture de Proust, le tuba, un feu de bois.Je dois vieillir. Jadis je détestais les dimanches, il fallait absolument que je sois occupé, que je sorte, que je fasse des kilomètres pour fuir l’angoisse du dimanche. Et là, mon esprit n’est pas torturé, je n’ouvre pas mon téléphone, je fume un juliétas, des petits bouts de transsibérien me reviennent par bouffées, alors je redis le texte mécaniquement. Je dois vieillir.

Villars les Blamont. 27 octobre 2019 17°C

Tu es d’une génération qui ne comprend pas pourquoi l’univers tout entier passe plus de trois heures par jour les yeux rivés sur un écran avec des écouteurs dans les oreilles. Tu as essayé de résister, tu ne voulais pas entendre parler de podcast ou de replay mais quand tu as su que ton auteur préféré avait parlé sur France Culture, tu m’as demandé de te le faire écouter. Et puis tu dégueules Google : or tu tiens dans ta main un petit écran d’une centaine de grammes qui te permet d’accéder à trois milliards de pages de connaissances , eh bien en vérité c’est une vraie révolution qui va peut- être changer la face du monde, avec quelques dégâts, et tu seras une des premières victimes de ce chambardement à force de refuser le vingt et unième siècle.

Malakoff . 2 novembre 2019. Temps de Toussaint, humide, pas froid.

Maguy Marin à St Denis, je fonce.. Maguy Marin, j’ai du respect pour cette artiste authentique. . J’ai l’espoir de la prendre comme intervenante pour les Ruches. Spectacle avec 27 amateurs issus de la diversité comme on dit Maguy, qu’est ce qui t’arrives, tu nous fais le catalogue de tous les exercices de tous les cours d’amateurs du monde, rien, pas de danse, pas de propos pas d’imagination. Un ramassis de lieux communs. Le public est enthousiaste. Des défavorisés sur la scène d’un CDN, la classe.

Aïe, la pauvre bien pensance de gauche, et dommage Maguy , je ne te prendrai pas comme intervenante aux Ruches. La morale : méfions nous des gens trop connus.

Villars les Blamont. Dimanche 10 novembre 2019

Gris Triste 6°C


Je passais mon samedi soir dans la salle des fêtes d’un petit village du Jura , Souvans. 500 habitants

Le Pudding théâtre y donnait son cabaret des locales. J’étais au coeur de la France des chasseurs, la France de TF1, la France du terroir, la France franchouillarde, la France qui décore son entrée de maison avec des broderies de cerfs et de biches, bref la France qui ne vote pas comme nous. Le Pudding avait fabriqué une pièce en 16 sketches, un spectacle qui avait pour sujet ce village. Emotion, rires, poésies, le village riait de se voir sur scène. Que d’humanité dans cette démarche. Sans arrêt je pense qu’il faut chercher ce qui nous rassemble et pas ce qui nous différencie. Des dizaines d’années de rejet de cette France des campagnes vont nous conduire tout droit où nous n’avons pas envie d’aller.

Malakoff. 17 novembre 2019. 6 °C

Une compagnie de théâtre enquête: vous qui approchez de la fin, pouvez- vous me décrire vos sensations ? Avec plaisir. Une des grandes satisfactions, c’est que personne n’échappera à cette fatalité, riches ou pauvres, et cela c’est réconfortant. Ne pas connaître la date de votre ultime journée de vie est très handicapant. Bien- sûr personne n’a envie de rester vivant, grabataire et sénile pendant des années, on a tous envie de s’endormir un soir pour toujours et s’en aller sur la pointe des pieds. Et l’on sait d’avance que notre disparition ne va pas bouleverser la marche de l’univers. On sera vite oublié.

Villars les Blamont. 24 novembre 2019 . 4°C

Il faudrait parvenir à s’introduire dans les lieux où l’on forge l’opinion.

Hervée, Youssri et moi- même après 141 kapouchniks, nous sommes en mesure d’affronter n’importe quel ministre, ou président car depuis dix-sept ans nous passons notre vie à démonter les rouages du pouvoir, à analyser, à comparer les chiffres. Pour fabriquer un Kapouchnik, nous sommes obligés de lire de nous renseigner de comprendre, et par le théâtre nous arrivons à décrypter toutes les stratégies hypocrites. Pour l’instant je vais m’atteler à tenter de comprendre la réforme des retraites. Il est évident que le capitalisme ne travaille jamais dans l’amélioration des conditions des pauvres, mais son seul but c’est de leur arracher les quelques avantages acquis en 1945 avec le Conseil National de la Résistance.

Genève 30 novembre 2019 . 4°C

On me dit que le Black Friday est le jour du marché aux esclaves. Quand je vois cet immonde déferlement commercial, je sens bien que la place des poètes est bien désuète dans les sociétés d’argent. Stéphanie me demande : pourquoi tu lis du Proust, c’est vieux, dépassé etc. Justement ce que j’aime chez Proust c’est la description de la futilité complète de la vie des aristocrates du début du siècle. Et je me sens aussi inutile, aussi stérile qu’eux. On fait semblant d’être important, d’alimenter les imaginaires, mais je sais bien que pour un jeune, cent places de théâtre valent moins q’une paire de baskets.


Villars les Blamont . 8 décembre 2019. 7°C

On ne parle plus que de la réforme des retraites. Un million de personnes mécontentes défilent le 5 décembre. Retraites à points ou retraites à répartition ? Il semble que le gouvernement veuille en finir avec le régime généreux du Conseil National de la résistance . Cela lui parait scandaleux qu’un cheminot parte à 55 ans ou 57 ans avec une retraite de 2080 €. Il n’évoque jamais la différence d’espérance de vie entre un cadre et un ouvrier. Il n’évoque jamais le revenu de 300 milliards des dividendes. Toujours s’en prendre aux plus pauvres, jamais aux plus riches. L’oligarchie a un appétit sans limite.

Villars, dimanche 15 décembre 2019. Pluie. 10°C

Y a t-il quelqu’un qui ait un sens politique assez pointu , pour nous dire ce qui va se passer ?Je suis un assez mauvais prévisionniste.

En 2006, je ne croyais pas que Sarkozy puisse être élu, je le trouvais trop caricatural. J’ai perdu mon pari.

Au plus fort des gilets Jaunes, quand l’ambiance devenait insurrectionnelle, j’étais sûr que Macron sauterait.

Là j’ai l’impression qu’il a sur les retraites une stratégie machiavélique, il pousse les syndicats à la grève et à l’impopularité. L’opinion publique va basculer, et la privatisation des retraites va tranquillement passer et satisfaire l’appétit de l’oligarchie.Je voudrais me tromper.

Malakoff Samedi 21 décembre 2019. 8°C

Je me lance dans un nouveau livre. Ce sera le troisième. Je veux laisser une trace de l’Unité, relater ses cinquante ans de parcours, essayer d’y voir clair, comprendre notre style. J’en suis à plus de 60 pages. J’ai enregistré des entretiens avec Hervée de Lafond et Claude Acquart. J’alterne les anecdotes et un peu de pensée. Quel est notre moteur ? On a joué pour deux spectateurs et pour 40 000 spectateurs. On a joué partout, même dans les théâtres, on a beaucoup voyagé . C’est immense. Sans doute que cela n’intéressera pas grand monde, mais j’ai besoin de faire le point. Et puis aussi évoquer toutes les belles personnes qui ont compté pour nous.

Villars, samedi 28 décembre 2019. 3°C

Nourriture du corps et nourriture de l’âme. Oui l’âme a besoin de nourriture elle aussi.

Pays de Montbéliard, misère aride

Pendant les fêtes chacun chez soi, chacun pour soi

Nos élus n’ont pas compris l’importance d’un rituel collectif le 31 décembre style réveillon des boulons

Nuage de tristesse qui enveloppe le grand Est.

Les élus pensent que c’est à eux de décider, ils ne savent pas écouter les aspirations d’en bas.

2020

Dix septième ANNEE

Malakoff,dimanche 5 janvier 2020. 4°C

ll y a une vingtaine d’années, je fustigeais un cousin d’Edith dont le plus grand plaisir de la vie était de goûter aux saveurs raffinées d’un restaurant étoilé par le Michelin.

Dépenser ne serait - ce même que le demi salaire d’un ouvrier dans ce bas plaisir terrestre me paraissait immoral.

Aujourd’hui je ne trouve pas plus grand plaisir de me retrouver dans un bon restaurant en famille, et peu m’importe l’addition, Il doit bien y avoir un proverbe populaire qui résume ma pensée , sinon c’est à moi de l’inventer : ce que tu as fustigé jeune, tu le vénèreras au crépuscule de ta vie.

Malakoff, dimanche 12 janvier 2020 . 6°C

Gilles Costaz fait un papier sur le théâtre de l’Unité, dithyrambique. Gilles Costaz est une plume importante, un fin connaisseur, on peut l’écouter au masque et la Plume, ce qu’il dit a du poids.

Pour une fois je suis content, d’habitude nous sommes rejetés dans la catégorie provocateur ou bas-art. Mais lui, nous capte bien.

J’ai cette faiblesse : un peu de reconnaissance me met en forme.

.


Villars les Blamont ; Dimanche 19 janvier 2020 . 0°C


L’amour ça s’apprend ? Existe t-il des surdoués de l’amour ? Toute ma vie j’aurais été obsédé par ces hommes bien musclés, et bien virils que je croyais capable de faire sauter n’importe quelle femme au delà de la stratosphère. Existe -t-il une recette du style : à tous les coups l’on gagne ?

Je ne peux m’empêcher de faire des comparaisons entre l’amour et le théâtre. Les pièces, ça marche ou ça marche pas, cela dépend devant qui on joue et de plein

d ‘autres conditions. Un soir, c’est l’état de grâce et le lendemain c’est plat. Tout ne s’explique pas, heureusement.

Villars les blamont, dimanche 26 janvier 2020 9°C


Il y a une écologie dont on ne parle jamais c’est celle de la famille. Certains nous disent, ah un enfant, il lui faut un papa et une maman, ou même deux papas trois mamans, mais on oublie que les parents ont besoin pour leur équilibre de leurs enfants et que les petits enfants ont besoin de leurs grands parents, et que les enfants ont besoin de leurs cousins, et que les frères ont besoin de leurs soeurs, et que les oncles et tantes sont indispensables à l l’éducation des générations montantes. Les Africains eux l’ont compris depuis toujours, eux qui nous reprochent de jeter nos vieux. L’intergénérationnel est une source d’énergie inégalable. la cellule familiale avec ses 3 ou 4 générations reste irremplaçable pour l’équilibre de la société.

Malakoff dimanche 2 février 2020 . Gris 12°C

Je diviserais le monde des Arts en deux catégories.

il y a des oeuvres qui nous donnent des ailes, nous stimulent nous élèvent, nous agrandissent,

il y a par contre des oeuvres qui nous ennuient, nous rabaissent, nous détruisent, nous diminuent.

L’Art me fait la plupart du temps souffrir, c’est le lieu de toutes les tricheries, des compromissions, de la corruption, des fausses valeurs.

Heureusement, quand Ernest Pignon Ernest parle, je trouve dans ses paroles, la simplicité d’un grand artiste. Et j’y puise une énergie précieuse.

Epinal samedi 8 février 2020 2°C

J’adore mettre en pâture des sujets de conversations à table, style, comment appelle t-on le mâle de la gazelle, histoire d’énerver les femmes qui veulent tout féminiser. A votre avis un homme peut –il être violé par une femme ? Mais c’est toujours sur l’Islam que les esprits s’enflamment. Ah la haine des religions ! Un sujet inépuisable. Ce qui m’amuse, c’est que la seule religion, celle qui met en esclavage le monde entier, abîme la terre, produit les pauvres par millions, cette religion, on l’épargne toujours car on la pratique tous inconsciemment.

Comme disait Mouna, ce philosophe de rue, c’est le caca, le pipi, le capitalisme.

Malakoff, samedi 15 février 2020 13°C

Toute la classe politique est solidaire de Benjamin Griveaux le gendre idéal, tête de liste LREM à Paris. Pas moi. Il a un cerveau de la taille d’un testicule. La pratique de l’adultère, sport national, nécessite une certaine prudence surtout lorsqu’on veut accéder à une haute fonction. Se branler de la main droite, filmer de la main gauche, envoyer le fichier à la femme convoitée, c’est faire preuve d’irresponsabilité. C’est mettre entre les mains de cette femme, une arme absolue. Il suffit de la moindre brouille pour que la petite séquence érotique se transforme en objet de chantage ou pire soit diffusée sur internet. Et là, le piège se referme , adieu la carrière convoitée, adieu les responsabilités. C’est une fois de plus la preuve c’est que ce sont des crétins sur-diplômés qui nous gouvernent.

Malakoff samedi 22 février 2020 13 °C

J’avais prévu il y a vingt ans que la date de ma mort serait le 23 février 2020 . je l’avais calculé précisément avec des statistiques, mon mode de vie, mon métier, la mort de mon père, des algorithmes, je devais donc disparaître à 77 ans et 31 jours, soit 28153 jours pour être plus précis.

Fait chier, j’ai raté ma prédiction. Pourtant j’ai fait tout ce qu’il fallait, j’ai fumé quantité de cigares, j’ai eu une mauvaise hygiène de vie, j’ai un indice de masse graisseuse de 120, j’ai laissé les cellules cancéreuses courir sans surveillance. Eh bien, c’est raté, toutes mes prédictions sont toujours fausses. Ça fait chier.

TGV entre Besançon et Dijon, 1er mars 2020. 8°C

Alerte, une de nos comédiennes a de la fièvre à 14 H pendant la préparation du Kapouchnik. Corona virus? On met tous nos masques, on s’éloigne d’elle, panique. On appelle le 15, venez vite, tous les symptômes sont là. Hervée dit : on ne peut pas se permettre de contaminer ce soir 400 personnes. On appelle notre médecin Jean Marc, il dit qu’il revient de Milan et qu’il n’a pas le droit d’exercer pendant 14 jours. Climat anxiogène. A 19 H la fièvre n’ayant pas monté au- dessus de 38, on est rassuré. Et moi, de me réjouir. Ce danger qui se met à planer va déséquilibrer le monde entier, et peut -être changer radicalement nos vies. Ça a commencé, je me lave sans arrêt les mains.

Epinal , dimanche 8 mars 2020, Hôtel du Manoir

stage au commencement était le verbe

Je passe mon samedi dimanche avec des grands mères délurées. On est toujours à rechercher des jeunes dans les stages, et un peu partout, l’afflux de séniors fait peur. Et pourtant, on l’oublie trop souvent, il y a un moment de la vie, on se débloque, on oublie toutes les concessions, tous les compromis, toutes les fausses valeurs qu’on a traînées pendant 50 ans, on goûte à la liberté, les enfants sont grands, les maris sont à la déchetterie, On se met à appliquer le mot d’ordre de 1968 : Jouissons sans entraves. A l’autre bout de la société, il y a les ados , coincés, tristes, anxieux, sans projet, soucieux d’avoir une belle image.

J’ai envie de faire un spectacle sur la lutte des âges. Moitié ado, moitié boomer.

Villars , samedi 14 mars 2020. Corona virus

Plus de spectacle vivant jusqu’à nouvel ordre. Enfin on va savoir la vérité . Peut- on survivre sans spectacle vivant ? Personne n’y échappe, y a pas de jaloux. Nous voilà donc tous confinés, condamnés à attendre que Mr le Virus veuille bien dégager.

Je ne suis pas mécontent, y avait une scolaire de 2500 mardi, je déteste les séances scolaires, et puis de plus en plus je trouve le public un peu bête, prenant ses avis dans les journaux “bien” et puis, nous -mêmes vivons un peu dans une certaine routine. Alors cette crise est une aubaine, on va enfin pouvoir sortir du productivisme pour réfléchir au sens de nos métiers.

Villars les Blamont , samedi 21 mars 2020. 4°C Confinement

A l’heure où la France applaudit le petit personnel des hôpitaux, j’ai toujours pensé que la société était à l’image de l’homme, une tête et des membres. Or la tête sans les pieds et les mains ne sert à rien. Ce sont des sans -grades qui font marcher la société, or non seulement ils effectuent les tâches les plus ingrates mais ce sont eux les moins rétribués.

Je rêve de cette petite révolution : on écrête les hauts salaires et on relève les émoluments des caissières, techniciens de surface, éboueurs, conducteurs de métro, camionneurs, aide soignants , infirmières etc Si seulement le virus pouvait accoucher de cette simple réforme….

VIllars, seizième dimanche à la suite 5°C

Y a plus de masques, y a plus de thermomètres, y a plus de gel, y a plus de respirateurs, y a plus de tests , y a plus de blouses, y a plus de lit, y a plus de papier- toilette.

Y en a qui guérissent, y en a qui meurent, y en a qui disent qu’ils ont le remède, y en a qui disent que si t’as plus de 70 ans t’es mort déjà, y en a qui confinent, y en a qui confinent pas, y en a qui accusent les autres.

J’espère avoir des groseilles cet été.


Villars 5 avril 2020. Temps magnifique. 22 ème jour de confinement

Une spectatrice, une seule réclame sa ration de Kapouchnik… Sinon rien. Déception. Alors que nous passons notre vie à nous vanter d’être indispensable à la vie de la cité.

Déconfinement ? Les grandes sociétés du CAC 40 vont rattraper leurs bénéfices perdus au plus vite Les utopistes vont nous faire un conseil national du déconfinement qui va discuter, proposer et s’écrouler dans des querelles de chapelle. Le personnel de la santé etc sera payé en applaudissement.

La Culture ? On va tout fusionner . Il n’y aura plus qu’une seule Scène Nationale avec 100 succursales chargée de diffuser les mêmes spectacles dûment labellisés par une commission présidée par Joel Pommerat . Les compagnies et les intermittents vont disparaître.

Jusqu’à présent, aucune de mes prédictions ne s’est jamais réalisée. Alors gardons un peu d’espoir.

Villars les Blamont -Doubs- 600 mètres d’altitude. Lundi de pâques 13 avril. Toujours en confinement

Les théâtres doivent tous s’écrouler et cela se produira inévitablement . A partir de ces ruines , je rassemblerai ce dont j’ai besoin

Richard Wagner

Ce n’est tout de même pas le dernier des imbéciles. Or l’occasion est là unique et magnifique, tout le système théâtral actuel est à terre . C’est le moment où jamais de le reconstruire autrement. C’est aux compagnies théâtrales de se positionner pour prendre le pouvoir et inventer un autre théâtre.

Samedi 18 avril 2020. 35 ème jour de confinement. Villars les Blamont. Beau temps sec

Si je me souviens en 1973, nous avions éprouvé le besoin de sortir des théâtres et de jouer autrement, dans la rue. C’était exaltant ce nouveau public, des petits cercles d’une trentaine de personnes qui s’assemblaient autour de nous. Et puis c’est devenu un marché, les organisateurs cherchaient de la rentabilité, les cercles se sont agrandis jusqu’à mille personnes, il fallait des micros etc. Le geste théâtral s’est dénaturé. Or nous avions peut -être inventé le théâtre de l’avenir, puisque covid 19 oblige, les grandes assemblées sont interdites. Il va falloir revenir à plus de simplicité, plus de complicité, plus de modestie : revenir aux origines du théâtre.


Villars les Blamont. dimanche 25 avril 2020. 18 °C gris. confinement

Vaut- il mieux être vivant dans un pays mort, ou mort dans un pays vivant ?

Au début c’était sympa, le virus, la grève générale, le silence, les oiseaux.

Au bout de 60 jours, tant pis, faut que l’industrie tourne,

il y a du risque, on remet les enfants à l’école, pour que les parents aillent bosser.

Très chers épidiémologistes, virologues infectiologues , dites nous la vérité, savez- vous quand le Coronavirus débarrassera le plancher pour que je reprenne enfin mon théâtre.

-Ah Monsieur Livchine, il mourra quand il sera repu et qu’il aura touché au moins 50 millions de Français dont une dizaine de milliers vont évidemment passer de l’autre côté.

La date ? ça dépend..

Etes vous certain qu’il mourra : en principe oui.

Mais en attendant Monsieur Livchine, fumez tant que pourrez , il s’avère que la nicotine éloigne le covid19.

Samedi 2 mai 2020 Villars. 9 ème semaine de confinement.

Qui eut cru que le théâtre puisse s’arrêter un jour ? Dans l’Histoire il y a eu déjà une coupure de 600 ans, mais là personne n’aura la patience d’attendre ne serait -ce qu’une année. Alors les idées fusent de toutes parts. On va démonter les fauteuils des théâtres ! on fera du théâtre d’appartement ! Certains ont même l’audace et la témérité de dire : on va faire du théâtre de rue. La société a l’air de s’en foutre, mais les gens de théâtre appellent au secours et crient : sans nous, sans notre talent, sans notre imagination, qu’allez- vous devenir ? La République lancera mercredi des bouées de sauvetage. On sauvera sans doute les gens de théâtre, mais le théâtre, va falloir attendre. Le 11 mai, on va se revoir à l’Unité, et on se dira comme la chanson : et maintenant que vais -je faire ? Dans le pays de Montbéliard, il y a à Mandeure, les ruines d’un magnifique théâtre romain. Bizarre coïncidence.


Samedi 9 mai 2020. Beau temps. J-2 avant la libération

Il y a ce temple juste en face de chez moi, à l’abandon depuis vingt ans.

Il y a la maison que j’habite qui est une ancienne bergerie.

Il y a une usine d’allumettes en ruine.

Il y a le lavoir qui est sec.

Il y a l’Unité qui est installée dans une ancienne usine de tissage.

Il y a un théâtre antique en ruine de 20 000 places à Mandeure abandonné en l’an 400.

Il y a les abattoirs de Calais transformés en théâtre,

Toute la France est couverte de lieux à l’abandon qui racontent son histoire.

Peut -on imaginer que le covid19 sonne la fin des lieux théâtraux ?

Il y a quarante ans des zozos ont affirmé : c’est parce qu’il fait trop froid dans les théâtres que nous jouons dehors.

Aurions -nous eu raison avant tout le monde ?

Dimanche 17 mai 2020. temps à barbecue, lente sortie de crise

Je ballote, je ballotte

Il y a le théâtre à réinventer

Or le théâtre que l’on nous propose de pratiquer sous le Corona, s’appellera t-il encore théâtre ? Devons nous vraiment chercher des alternatives, jouer derrière du plexiglass, jouer pour des écrans, jouer dans les prés avec des jumelles pour les spectateurs et toutes sortes d’inventions possibles.

On avait dit que ce serait l’occasion de secouer la routine et que pour une fois compagnies et institutions mutualiseraient leurs moyens et réfléchiraient ensemble. Un beau rêve enterré. Rien d’excitant ne s’annonce nulle part.


Samedi 23 mai 2020 . Maison Unité. Pluie continue.

On arrive à un moment de saturation, où nous, citoyens de base nous n’en pouvons plus de la campagne d’infantilisation à laquelle on voudrait nous soumettre, après les lois d’urgence, voici les lois sanitaires. Les crétins surdiplômés qui nous gouvernent nous proposent des ls contradictoires et absurdes.

Nous lançons ce message aux directeurs de théâtre et au ministre de la culture : le théâtre ce n’est pas que le théâtre de salle avec sa billetterie et ses réservations, et ses sièges rouges, le théâtre, c’est aussi un art de place publique, un art de rue libre, un art de place de village, de parvis de cathédrale, le théâtre aime s’épanouir librement dans les espaces publics sous le ciel , et nous fabriquerons à vue le 26 mai sur une place de Besancon une grandiose image autour d’un cercueil, symbole pour nous des errements du gouvernement et de ses médecins qui nous empêchent d’enterrer nos morts, mais qui en même temps autorisent l’ouverture du parc du Puy du Fou.

Samedi 30 mai 2020 Villars les Blamont en déconfinement progressif

Place de la révolution mardi 26 Mai

Quinze minutes de pure splendeur. Superbe, au delà de nos espérances.

On a tous les larmes aux yeux. L’image est incroyable, le covid-19 nous a dicté la mise en scène,

nous sommes tous espacés, enfermés à l’intérieur de notre cercle de farine.

C’est une sorte de sacre du printemps, c’est unique, non ce n’est pas un happening ou un flash mob,

c’est un énorme moment de théâtre, c’est un hymne à la vie, un hymne à la jeunesse.

Cela ne se raconte pas. Cela marquera les mémoires.

Nous sommes une force gigantesque, les compagnies du tiers -théâtre rassemblées, genre saxifrages, herbes sauvages qui poussent partout, capables de transpercer les pavés.

https://youtu.be/GoEO2PHIURY

Dimanche 7 juin 2020. Malakoff

Seize coquelicots devant ma maison. C’est incroyable à quel point ils cherchent à séduire les pollinisateurs .Ils écartent leurs pétales, diffusent des odeurs. A ce point érotique je ne pouvais l’imaginer. Toutes les statistiques après confinement montrent un interêt accru des français pour les coquelicots. Par contre l’intérêt pour le retour au théâtre n’arrive qu’en quatorzième position. Y a t-il incompatibilité entre théâtre et coquelicots ? Le vocable Culture a décidément un double sens.

Samedi 13 juin 2020. Malakoff. Il a fait au moins 22 °C

On s’était retrouvé à la Maison Unité, juste après le confinement. Calendrier horriblement vide. Une odeur de faillite flottait dans l’atmosphère. Plus aucune rentrée financière. Si le Ministère de la Culture et la Région décidait de nous abandonner, l’aventure “Unité” connaitrait son dénouement, il ne nous resterait qu’à mettre en scène les faire- parts de deuil.

Hervée déclare : on ne veut pas rester à attendre que quelqu’un nous demande. Jacques continue : ah ça non, on aurait fait un dossier de coproduction pour la 2CV théâtre, ou le Kapouchnik ou n’importe quelle pièce, ça aura toujours été refusé. Alors, on se lance, On engage 4 artistes d’ici et ça y est on a joué et on rejouera.

Dimanche 21 juin 2020 Audincourt. Nuageux mais ça se réchauffe

On se demandait comment on allait sortir de ces 3 mois. Il y a un parfum de désobéissance dans l’air. Ça déborde de partout. Les technocrates de l’Etat ne cessent de nous imposer de nouvelles contraintes, et de nouvelles interdictions sécuritaires, mais on ne les écoute plus. Des manifestations spontanées sans autorisations fleurissent comme des coquelicots, des Zones à Défendre naissent un peu partout contre la bétonnisation, et des Zones d’Autonomie Temporaire. Le théâtre de rue rue. Le plus grand et le plus historique des «désobéissants» s’appelait, faudrait pas l’oublier : De Gaulle.

Samedi 27 juin 2020 Malakoff. Fin de canicule . 25 °C

Il suffit d’un simple mal de dents, d’un peu de raideur dans les genoux pour que la vie m’ apparaisse triste et bête et inutile.

Tous les artistes des faussaires, les littérateurs, des obsédés et des cochons, la vie des gens, inutile et médiocre, les gouvernants, des crétins arrivistes, les écoles : des usines de formatage. La recherche du bonheur ? Un pur leurre. Quand aux métaphores sur la mort tout a été dit sur le sujet. Alors, il faut juste se taire avec modestie.

Dimanche 5 juillet 2020. Villars les B.

Enorme surprise quand j’apprends que le sénateur -maire de Montbéliard souhaitait que le théâtre de l’Unité intervienne pendant ses obsèques.

Nous avons côtoyé Louis Souvet pendant neuf ans, cet homme quoique d’un parti conservateur avait compris à quel point la culture pouvait être fondamentale pour une ville. ll nous disait : je suis l’ordre, vous êtes le désordre…

Cette reconnaissance posthume, vingt ans après, nous va droit au coeur.

Je suis intervenu pendant les obsèques, le 4 juillet devant une parterre de 72 maires, de pompiers, d’anciens combattants, devant le sous- préfet, la présidente du département, l’évêque etc.

Juste saluer le grand Monsieur qu’il avait été pour nous.

Le discours lu aux obsèques

Dimanche 12 juillet. Malakoff. été

Il nous aurait fallu une vraie vision de la culture dans notre société traversée de mille turbulences, où le théâtre classique et la culture cultivée ne sont plus que l’apanage des plus de 60 ans, où les quartiers à l’abandon sont des poudrières en devenir, où des nouvelles formes n’en finissent pas de naitre.

On nous a choisi une mondaine bien bourgeoise amoureuse d’Opéra qui reste en France le rendez -vous préféré des patrons du CAC 40 et de leurs épouses.

Rien à attendre, rien à espérer.

Pendant le confinement on s’était mis à rêver de lendemains un peu excitants. Le ministère de la Culture ne sera plus qu’un bureau des pleurs où l’Opéra en tête va réclamer des millions d’Euros pour pouvoir renaître.

Dimanche 19 juillet 2020 Villars les Blamont 27 °C ciel très bleu

La question qui m’angoisse le plus dans la vie, c’est quand on me demande

: comment ça va ?

Si je dis la vérité, j’effraye mon interlocuteur. Il ne veut pas que j’ai le cancer

et ma femme Alsheimer, alors gêné, il dit : oh non pas toi, je ne veux pas que tu meures, alors je n’ai pas trop le choix, faut que je place une réplique pour dédramatiser le dialogue, sauf que je cherche cette réplique depuis 2014.

Voilà donc ce que je répondrai : la nature est ainsi faite qu’à 77 ans je suis encore fertile, ce n’est pas très normal tu trouves pas ?

Ce qui me passionne c’est que dans la Bible bourrée d’interdits de toutes

sortes les patriarches de mon âge se donnaient le droit de féconder n’importe

quelle jeune fille réglée.

Ce n’est pas parce qu’on a un pied dans la tombe qu’on se laisser marcher sur l’autre”; F. Mauriac

Dimanche 26 juillet 2019. Genève 29 °C

Tous les théâtres sont en train de se ruer dans les rues et les espaces publics. ils quittent leur boite noire et sont infiniment charmés par ce style de théâtre qu’ils ignorent depuis 40 ans.

Le problème, c’est qu’ils croient faire du théâtre de rue, alors qu’il ne font que du théâtre de plein air ; le théâtre de rue c’est un autre positionnement, c’est un autre style de jeu,c’est une autre dramaturgie, c’est une intime connivence avec les spectateurs.

Samedi 1er août 2020 Villars les Blamont Chaud

Je n’aime pas les gens heureux, les gens qui vont bien, et qui étalent ce qui fait leur bonheur. Ils parlent fort. Ils sont sûrs d’eux, ils sont musclés, bien bronzés,

ils n’arrêtent pas de boire l’apéro avant de faire barbecue avec plein d’amis.

Ils rient de leurs propres blagues.Ils ont tout : 4x4 et home cinéma. La covid c’est pas pour eux : ce sont toujours les autres qui meurent.


Dimanche 9 août 2020 Strasbourg 35 °C

Je ne me comprends pas moi -même. Il y a une force souterraine qui me pousse à apprendre une saison en enfer de Rimbaud. Pour comprendre un texte, il faut l’apprendre, parce que peu à peu on devient quasiment l’auteur du texte. Plus j’avance, plus je devine que Rimbaud est un magnifique imposteur, et peut- être

même que toute la littérature est une géante imposture. J’ai tellement plaidé pour l’accessibilité de l’Art, j’ai tellement frôlé la démagogie pour plaire au public, que maintenant l’hermétisme m’attire. Aucun spécialiste n’a jamais trouvé le trousseau

de clés qui permet d’expliquer ce texte. Mais quand il écrit : la vie est la farce à

mener par tous. Cela veut dire ce que cela veut dire…

Dimanche 16 août. Le Vignal Cantal 23°C

Dans le Cantal au dessus du Lot, dans une vieille ferme retapée comme il se doit, je me dis que je suis dans le mode de vie du futur.

Pas de virus, pas de masques, personne.

Le retour à la normale, personne ne peut le dire, car le virus repart de plus belle. Le gouvernement interdit les rassemblements, de plus de dix personnes à l’intérieur,

sauf dans le métro, car il faut certes prendre des mesures mais si l’économie

s”arrête tout s’écroule. Donc on laisse le Puy du fou avec 9000 personnes et on emmerde les mini -rencontres de 12 peronnes qui ne rapportent aucun euro.

Dimanche 23 août 2020 Bassurels, chateau de Poujol Lozère 23°C

Il n’y a pas un seul bout de terre qui n’appartienne à personne ; Triste expérience de la francomtoise de rue qui avait envie de faire un clin d’oeil amical à un

événement d’il y a 40 ans et qui marque un peu la naissance du mouvement des arts de la rue en France : La falaise des fous au bord du lac de Chalain : interdit par un directeur de camping départemental fermé comme un gardien de prison, idem pour le belvédère au dessus du lac ,interdit. Alors aux dernières nouvelles on nous louerait 1000 € un pré, dans une commune voisine mais cela ne veut

plus rien dire, autant se rendre à Chateau Chalon autour la tombe de Michel Crespin qui avait été un des chefs de file de la rue et surtout désobéir.

Dimanche 30 août. 2020 Villars les Blamont. automne

Le 29 août à 11 H 54, sur le gazon du domaine de Chalain, dans le Jura, j’ai vécu un moment rare. On voulait faire un coucou à Michel Crespin, un de ceux qui ont donné un peu de crédibilité au théatre de rue, décédé il y a six ans. On avait préparé un acte artistique avec Xavier Juillot, mais tout était trop interdit. Le responsable du camping avait bloqué les accès pour être sûr que rien puisse se passer. Or parmi nous la directrice de la Drac, Anne Matheron est monté au créneau pour, au nom de l’Etat, se porter garante de notre acte poétique. Et quand la structure gonflable a léché le ciel, mes yeux se sont embués de larme de joie, j’ai senti à quel point le mouvement des arts de la rue avait du souffle et comment les uns et les autres nous étions unis dans une fraternité profonde.

le film du cérémonial

Dimanche 6 septembre 2020 Villars les Blamont Gris 18 °C

Au moins j’aurais été prévenu, si j’attrapais le corona, je serais quasiment condamné vu mon âge, mais pire encore, je n’aurai pas droit à un enterrement, puisque Clamart là où je devrais résider pour l’éternité avec mes parents est en zone rouge. Et dommage collatéral, la farce que j’ai soigneusement préparée avec un système bluetooth - le discours du défunt - qui devrait sortir du cercueil, sera enterrée elle aussi. Nous sommes entrés dans une nouvelle ère, on ne peut plus rien prévoir, même pas son enterrement.


Samedi 13 septembre 2020. Malakoff été indien

Mon petit doigt me dit : 30 000 morts , dont 15 000 qui avaient déjà un pied dans la tombe. Franchement à partir de 75 /80 ans, survivre n’est pas une partie de plaisir. 600 000 enterrements par an, hors covid en France.

Cette pandémie est chiante, c’est sûr, mais ne tue pas tant que ça. Elle laisse de graves séquelles, c’est ennuyeux. Augmentation de la mortalité + 5%.Un peu plus

que les accidents de la route. Pour que le corona fiche le camp, il faudrait 40 millions de personnes touchées, ou un vaccin. Mon épouse rêve de l’attraper, mais ce n’est pas si aisé.

Dimanche 20 septembre 2020. Epinal. toujours pas de pluie

C’est comme un faire part de deuil qui nous arrive : le cirque Plume

ne jouera plus jamais. Les dernières représentations de Besançon sont annulées. J’écris à Bernard Kudlak. Non, tu ne peux pas terminer comme

cela par une annonce sur Facebook; Le Cirque Plume ce n’est pas qu’une entreprise, c’est de l’âme aussi.Tu dois à ton public de vrais adieux, un rituel,

une cérémonie. Choisissons une de nos belles prairies du Jura et invitons

toutes celles et ceux qui ont fait Plume et que votre prodigieuse musique joue

et joue encore. Vous n’avez pas le droit de nous quitter comme ça.

Samedi 26 septembre 2020. Villars les Blamont La pluie, l’automne.

Oserai- je avouer que la chute de tous les “sachants” me ravit. Ils s’empêtrent tous les pieds dans leurs certitudes, n’osent pas avouer leur impuissance extrême. Un peu de modestie leur siérait mieux que leur arrogance. Todd les prénomme : crétins surdiplômés.

On aimerait que la crise soit l’amorce de grands changements, mais non, enterrons nos espoirs. déjà recommencent les ritournelles des présidentielles, avec leurs alliances ratées, l’ arsenal de stratégies démagogiques gagnantes à tous les coups.

Je me réfugie dans la poésie, la valeur suprême

Lundi 5 octobre 2020 Malakoff Automne humide

Je veux du public vierge, qui découvre le théâtre et qui est émerveillé telle Sandra, mais je veux aussi des vrais connaisseurs, qui ne se laissent pas séduire facilement : ceux qui sont capables de nous critiquer, de nous classer, de juger de la pertinence et de l’originalité de nos propositions.

La Nuit Unique a une vertu, les habitués du théâtre sont remplacés par une caste de jeunes explorateurs heureux de bivouaquer ensemble.

Il y avait le vivre ensemble, mais le dormir ensemble pourrait devenir une catégorie qui ne serait pas la moins inintéressante.

.Dimanche 11 octobre 2020 Malakoff. Pluie

Un groupe informel de jeunes veut occuper une pâture pas loin de chez moi pour faire la fête. Bien sûr, un habitant du village inquiet de voir trois ou quatre camping cars sur un chemin de terre alerte la gendarmerie.

Les gendarmes débarquent avec plusieurs véhicules et de quoi livrer bataille. La fête sera interdite.

Et pendant ce temps -là dans le quartier de Montbéliard, c’est l‘ @émeute comme chaque nuit : rodéos, voitures incendiées. Et même le centre de contrôle technique est détruit.

Quel rapport ? Peut être une envie furieuse de vivre.

D’un côté des jeunes très pacifiques que l’on vient emmerder, de l’autre une explosion de violence que l’on n’ose plus approcher et personne ne s’interroge sur les causes de leur révolte.

Lundi 19 octobre 2020 Audincourt.

Il y a la loi et il y a la vie.

Il y a des idées, des textes ou des dessins qui sont de la nitroglycérine. A manipuler avec précaution.

On devrait faire un classement Seveso. Un avertissement : c’est permis, mais c’est risqué dans certaines zones sensibles.

Faire de la pédagogie nous expliquent les super-experts ?

Je crois surtout qu’il faut éviter les confrontations musclées et rechercher non ce qui nous divise mais ce qui nous rapproche.


samedi 24 octobre 2020 Changement d’heure cette nuit Villars

Personne ne semble comprendre la force des symboles.

Les quenelles de Dieudonné étaient insupportables pour les juifs autant que les caricatures pour les musulmans. Et pourtant arabes et juifs sont experts en auto- dérision, mais eux seuls ont le droit de se moquer d’eux- mèmes . Et voilà que les femmes à leur tour en ont raz la casquette de l’humour des hommes à leur égard. Cela pourrait bien s’exprimer par une formule. « je suis issu d’un peuple qui ne veut plus souffrir ». Pas terrible, on essayera de trouver mieux

Samedi 31 octobre 2020 Villars les Blamont. Nouveau confinement et rayons

de soleil

Dans Oncle Vania nous disions il y a déjà une quinzaine d’années : nous vivons sur une poudrière, on ne pourra pas vivre plus longtemps assis sur deux milliards de pauvres. Tchekhov pressentait la révolution russe, c’est certain, il est mort en 1904.

Pour moi le cancer du monde s’appelle Israël. Cette mise sous tutelle de la

Palestine par des pays riches est insupportable et engendre des métastases gravissimes, style un horrible antisémitisme et une exaspération de la religion musulmane. L’ennemi des pays occidentaux ne s’appelle pas l’islam mais la

pauvreté. Ce devrait être unique souci des 190 pays du monde, éradiquer la

pauvreté.

Dimanche 8 novembre 2020 Ciel bleu encore 24 jours de confinement

Avons nous vraiment besoin d’Art pour vivre ? Quand nous débarquions dans les quartiers pauvres de Valparaiso, nous tenions le discours : il y a le pain pour corps, c’est vital, mais il y a l’Art pour l’âme.

Ne pas être orgueilleux, il n’y a pas que le théâtre, il y a le spectacle de la nature, Comment ne pas s’émouvoir sur certains couchers de soleil, sur la mer,

la lune rousse ? Les élégants chevaux aux cuisses galbées, n’est ce pas de l’esthétique aussi ? Ainsi l’Art se niche partout, dans les églises, les mosquées, toujours pleines de spiritualité.

Même en période de confinement l’Art continue de nous nourrir même là où on ne l’attend pas .

Samedi 14 novembre 2020. Confinement/ Villars / 14 °C

A un moment tu te dis, ça va comme ça.

J’ai 53 ans de théâtre dans les jambes.

J’ai tout fait,

j’ai joué devant 40 000 personnes, j’ai joué pour deux personnes,

j’ai joué dans un coin reculé de la Nouvelle Calédonie, devant des cases au Togo, au pied des gratte ciel de NewYork , en Estonie, à Moscou au théâtre Maikovski, dans les rues d’Arkhangelsk, à Séoul, à Djaihu sous une pluie radio active, j’ai même joué devant personne,

j’ai joué dans les hôtels, dans les forêts. Je veux encore faire du Rimbaud /Techno. Le confinement c’est une merveilleuse pause nécessaire.

Dimanche 22 novembre 2020 confinement Villars. Gel et soleil

Pourquoi l’affaire Daval passionne tout le monde ? Parce que Daval est tout le monde.

On connaît tous des gentils garçons au visage de premier communiant, on connaît tous des belles familles Fouillot où la seule religion pratiquée est l’amour des enfants.

On est tous effarés devant la capacité de violence cachée d’un homme normal juste un peu timide. Car on ne parle pas dans la vie courante de ce qui se passe sur les matelas moelleux dans des chambres à la lumière tamisée.

Quand Lady Macbeth demande à son mari s’il est un homme, ce dernier se décide à tuer le roi. Et voilà, Jonathan s’est prouvé à lui-même qu’il était un homme un vrai.

Tout ça c’est le problème de la parole, quand on n’a plus de mots on s‘exprime autrement.

Samedi 28 novembre 2020 Villars. 2°C Confinement allégé

Je suis déçu. ils ne sont pas venus en masse s’agenouiller devant notre studio des 3 oranges pour nous demander de reprendre.

Je n’ai pas reçu de lettre sauf celle de Joël Cramesnil qui hurle son amour du théâtre, une lettre bien isolée et Joël Cramesnil est quasiment un spectateur professionnel. lire sa lettre Tout à l’heure j’ai croisé une ombre masquée qui m’a dit : vous nous manquez. Oui, quelques messages sur le répondeur, le Kapouchnik N° 144 aura été le dernier. On aura joué dix sept ans tout de même. La magie du Kapouchnik, c’était toute une atmosphère, c’était un endroit quand on avait réussi à avoir une place on était trop content, c’était inconfortable, les gens étaient serrés, derrière on entendait mal, il faisait trop chaud. C’était unique, inimitable, inexportable, c’était fait pour les 3 oranges à Audincourt.

Le virus m’a tuer

Dimanche 6 décembre 2020 Villars 2 °C Attestations et cie

Au début c’était sympa, comme une pause un entracte, et voir les grosses institutions s’écrouler, c’était assez agréable, on se disait que le théâtre mortifère se prenait une bonne claque bien méritée.

Et puis pour la première fois ce dimanche j’ai eu de la mélancolie. On aurait du jouer hier soir notre cent cinquantième Kapouchnik et j’ai pensé à toute la ferveur de ces salles ultra pleines, et des rires à n’en plus finir, et de notre façon de secouer les problèmes de la France et du Monde et toute notre équipe d’artistes qui aimait se retrouver et les longs diners à la maison Unité ayant touché chacune et chacun nos petites enveloppes, symbole de l’amour de notre public si passionné. Cela ne reprendra plus jamais, car ce genre de théâtre là est vraiment incompatible avec le sanitaire.

Samedi 12 décembre 2020 Villars 4 °C Pluie , théâtres fermés pour longtemps ...

Cette pandémie, faudrait songer à voir ses bons côtés.

Elle nous réveille et nous arrache à nos vieilles routines, et on peut réfléchir tranquillement au ronron dans lequel s’enterrait en toute candeur notre théâtre bourgeois privé ou subventionné.

Les théâtres ne cessent de croire à leur ré-ouverture prochaine, vaudrait mieux que nous nous mettions tous en mode : retour à la normale dans quatre ans. Et si c’est plus tôt, ce sera tant mieux, mais secrètement je voudrais que cela dure très longtemps que l‘on puisse reconstruire à partir d’un champ de ruines.

,

Dimanche 20 décembre 2020 . Les Menuires en Savoie Délices familiaux

Il faut que les théâtres restent fermés le plus longtemps possible jusqu’à ce qu’ils comprennent que depuis quatre cents ans ils se fourvoient. Le théâtre ne peut pas être réservé qu’à une minorité de lecteurs de Telerama, Le vrai théâtre doit raconter des histoires à la ville tout entière et à part le Channel de Calais quel est le théâtre public en France qui remplit cette fonction ?

Dimanche 27 décembre 2020 . Le Bettaix, les Menuires. - 9°C

Me trompe-je ? La course au vaccin anti -covid a attiré 225 compétiteurs. Elan de solidarité sans précédent dans l’histoire de l’humanité.

Et pendant ce temps -là l’Afrique attend depuis toujours son vaccin anti -paludisme… Quand un seul riche est touché, l’Occident met toute sa force de frappe pharmaceutique et industrielle en branle.

Mais neuf millions d’enfants qui meurent de faim dans les pays pauvres, on laisse ça à des ONG privés de financement. Quant au milliard d’hommes qui vivent sans eau courante, sans toilette, avec moins de 2 € par jour, dont certains tentent d’atteindre l’Europe, le principal souci des pays riches est de les rejeter à la mer.

2021

Samedi 2 janvier 2021. Malakoff. -3°C

Il est en forme, chez lui dans son pays pas de pandémie. Il a plein de projets, et il joue, il a acheté un terrain, son rêve s’est réalisé : un lieu pour son théâtre. Il me donne un ail de son pays, mais un ail presque géant, pas de comparaison avec les nôtres. Dans son pays la croissance est de 6%.

Question : et si l’avenir c’était le Niger ? Dix ans que je le connais : Béto et son arène théâtre. Ah j’en rêve, peut -être ce sera bientôt à notre tour

d’ émigrer.

Samedi 9 janvier 2021 Villars -3 °C

Elle meurt seule dans sa petite maison de Finiels en Lozère, le vent souffle il y a tempête de neige. Elle s’était retirée du monde, elle avait été comédienne chez le jeune Chéreau , puis l’épouse du successeur de Jean Vilar à Avignon, Paul Puaux. Elle partageait avec moi une aversion pour toute une partie de la vie théâtrale qui était pour elle une trahison des objectifs de Vilar. Elle avait dirigé la maison Jean Vilar et nous avait rendu un grand hommage en faisant de nous les héritiers du groupe octobre de Jacques Prévert. Tout ça, c’est le passé. Melly Puaux, radicale, inconsolable, 77 ans. Melly, tu ne souffriras plus.

Dimanche 17 janvier 2021. Villars -1 °C Couvre -feu à 18 H

Les éminents spécialistes nous promettent une pandémie tous les dix ans.

Les éminents spécialistes vont partir à la recherche de la cause de la pandémie.

Les éminents spécialistes tâchent d’annoncer un retour à la normale.

Les optimistes disent été 2021,

les pessimistes disent automne 2021,

les très pessimistes disent 2024.

En attendant pour nous remonter le moral, tâchons de transformer le négatif en positif, changeons de vocabulaire : ne parlons plus de pandémie mais d’année sabbatique pour les artistes.

Dimanche 24 janvier 2021. Malakoff. 2 °C

Oh ce matin… Le Journal du Dimanche. C’est comme dans le film : un astéroïde va faire exploser la terre. Jusqu’en 2024, jouer à cache à cache avec les ruses du virus, prévision d’un spécialiste spécialisé. A nous d’inventer des contre- feux.

De plus en plus j’ai la vision d’un confinement dans le confinement.

Je crois au petit grenier où nous allons continuer d’exercer notre Art clandestinement. C’est même assez excitant.

Economiquement ? On va rejoindre les pays pauvres, il va falloir apprendre à vivre avec un euro par jour.

Personne ne l’avait prévu… Personne.

La vie , c’est l’inattendu.

Samedi 30 janvier 2021. Villars 8 °C inondations

Avec les nouveaux variants, la pénurie de vaccins, plus on approche de l’horizon de la délivrance, plus il recule. C’est à peu près certain nous sommes en train de changer d’époque. Il va falloir revoir nos habitudes de vie. Adieu les immenses galeries commerciales, adieu les immenses rassemblements, adieu les exploitations éhontées d’animaux, cette révolution culturelle que l’on désirait tant, la voilà. Ah on ne fait plus les malins. La vie est à réinventer, Rimbaud disait ça en 1873…

Dimanche 7 février 2021 / Villars 3° C

Moi qui disais : le bonheur domestique ce n’est pas pour moi. Eh bien, je suis bien obligé. J’ai cru que je n’y arriverai jamais, car je ne suis pas du genre à séries, ou films, ou mots fléchés. Ainsi je me passionne pour un poêle à bois, marque Austria. Investissement majeur dans ce pays de montagne. Alors dans un fauteuil à bascule quand je n’en peux plus de la 15, face au paysage de flammes, je lis Romain Gary, Annie Ernaux, même Camille Kouchner, et le Goncourt, et Pivot, et Laure Adler. Rien ne me plait vraiment, exception faite du texte que j’apprends par cœur depuis 8 mois, en vue d’un spectacle singulier au possible qui ne craint ni raffinement ni confinement.

Dimanche 14 février 2021 Villars - 8°C

Mais quand mais quand, mais on reprend quand ? Cette pauvre Ministre ne cesse de sourire pour se rendre sympathique, assaillie de toutes parts. Mais quand mais quand ? Alors elle envoie des messages d’amour, elle assure qu’elle nous aime.

Mais qu’ai- je vu? Ai-je bien vu ? Tout le monde l’a vu. Il y avait du public aux Victoires de la musique ? Oui nous dit-on, la place était réservée à des intermittents rémunérés pour jouer le public. On n’a pas le droit d’avoir du public, mais on peut jouer le public ? Mais quand mais quand ? On reprend quand ?

Dimanche 21 février 2021 Villars 16 °C

La faute à qui ? Tout le monde incrimine tout le monde. Mais lorsque j’entends Mélenchon qui déclare superbement chez Hanouna : Ouvrons bars, restaurants, stades, théâtres, on n’a pas le droit d’arrêter la vie sociale de tout un pays ! D’un seul coup, tout le monde se tait, car l’on sait bien que le coût en vies humaines serait exorbitant. Alors on en veut au Président, à ses Ministres, aux spécialistes divers. On cherche le bouc émissaire. Pourtant on le connait tous : Nietzsche dénonçait il y a longtemps déjà l’homme comme la maladie de peau de la terre.

Dimanche 28 février 2021. Villars - 1°C le matin

La table ! Oui , j’ai échafaudé de grandes théories sur la table . Comme quoi, c’est souvent à table que se passent les importants moments de la vie. (Oui, d’accord le lit aussi, mais c’est trop évident).

Et voilà O surprise, j’entends Jacques Attali qui se met à parler de l’importance des repas dans la vie, ces repas que le capitalisme veut nous rogner. Perte de temps et aussi échange d’idées. Et là, je sors de 3 repas trente personnes. Quel délice, être avec du monde, bien serrés etc. Et alors me dit Jean MI,69 ans, si j’en crève ce sera tant mieux.

Dimanche 7 mars 2021 Villars les Blamont. 8°C

Oui, même les athées ont besoin de saints laïques. Or toutes mes idoles s’écroulent. Jadis je dévorais Lénine et tous les communistes, j’y ai cru pendant vingt ans, j ai défendu l’Union soviétique et la RDA , et surtout leur théâtre. Après il y eut un grand vide, et je croyais avoir trouvé mon guide en Michel Onfray, je suis même allé jusqu’à Caen assister à son université populaire, je lisais ses livres je l’écoutais sur France Culture, et hier soir je le retrouve avec Ruquier, cadavre vivant rongé par les vers médiatiques, encéphalogramme plat. A qui me fier, à qui me lier ? Qui louer ? Je reviens à mes amours de dix sept ans, je m’immerge dans Rimbaud. La boucle est bouclée.

Samedi 13 mars 2021 Villars Pluie vent

On parle du théâtre, car 18 lieux sont occupés. Cet imbécile de gouvernement veut réformer l’assurance chômage, un projet assassin. Les intermittents sont peu appréciés par la population, ils ne cessent de se vanter d’être importants, alors qu’ils touchent à peine 1% de la population. Alors le gouvernement croit avoir les mains libres, mais les artistes ça parle bien, ça peut très bien occuper les médias, et ça peut très bien éclabousser Macron pour 2022.

Dimanche 21 mars 2020 . en partance pour Reims . -2°C

Nos crétins sur-diplomés nous interdisaient l’an dernier l’accès aux parcs, plages et forêts. Des hélicoptères étaient même chargés de la surveillance.

Nous savions tous déjà à l’époque que le virus ne se transmettait pas par les mouettes et les chevreuils. Dernière annonce en date : sortez, respirez, profitez du printemps oui mais avec attestation. Et de nous sortir une attestation, médaille d’or mondiale de la bureaucratie. Plus personne n’écoute, le corset craque de partout. Hier à Besançon, 300 jeunes dansent comme des malades sur de la techno, place de la révolution ce sont les booms flash danse, devant le CDN ça chante, à Lorent ils sont au bas mot mille à se trémousser au son d’une bombarde.

Il y a plus grave que la mort, c’est de ne pas vivre.


Dimanche 28 mars 2021 Malakoff. Printanier

J’ai une fâcheuse tendance à pratiquer le culte du “non sachant”. Fatigué par les spécialistes je me tourne souvent vers les basiques de bon sens. ils ne font pas de grands discours alambiqués, ils vont à l’essentiel.

Alors bien évidemment se tourner vers l’homme du peuple, c’est ce que certains appellent le populisme. Cela m’est égal. A Reims dans le quartier Europe, dix sept comédiens partent deux par deux à l’assaut des gens, histoire de passer le quartier à l’IRM. Les gens ont besoin de parler, sur 78 entretiens trois refus. On fait un petit montage des meilleures réponses. Sur la famille, la punition corporelle ou une politique présidentielle à inventer. Je suis sidéré par la richesse des gens.

Dimanche 4 avril 2021. Villars les Blamont; nouveau confinement

Le ciel semble se dégager un tant soit peu. On commence à voir poindre la lueur de l’espoir. Mais lorsque je constate que le site de la Comédie Française est adulé, que la lecture de Proust par Podalydes est suivie par des milliers d’admirateurs alors que moi je dis comme Alceste : elle n’est bonne qu’à être jetée au cabinet. Quand je lis que des centaines de spectateurs ont suivi avec passion le Mithridate du TNS à la télévision, j’ai envie de leur crier : je n’ai jamais été de ce peuple -ci.

Et si la Culture n’était qu’ une imposture ? Je me souviens de ma mère, qui fréquentait assidûment les théâtres reconnus. Elle passait son temps à dormir, mais au moins devant ses amies, elle confortait sa distinction sociale…

Samedi 10 avril 2021 . 12 °C Villars les Blamont. confinement et couvre feu

Franchement, j’ai décidé de mourir clandestinement. Notre pays est devenu barbare. On laisse les gens mourir sans qu’ils puissent revoir leur famille. Il s’appelle Jean, il est diagnostiqué cancer du poumon avec métastases, ni sa femme, ni ses enfants ne peuvent venir le voir à l’hôpital. Protocole covid. Il va mourir seul. C’est mon voisin. L’autre voisine c’est déjà fini. Sans le moindre enterrement.

Dimanche 18 avril 2021. 6 °C Villars

Les femmes prennent le pouvoir un peu partout. Cette allégation circule avec la célérité du virus. L’écriture inclusive s’impose un peu partout. On n’ose plus demander le masculin de gazelle. Une guerre de tranchées s’installe. Faut choisir son camp. Même à la tête de l’Etat, le besoin de femmes se fait sentir. L’heure de Marine le Pen semble proche. Faut bien essayer entend -on dire un peu partout.

Dimanche 25 avril 2021. 22°C belle journée VIllars

Les arabes comme les juifs manquent énormément d’humour quand on insulte leur religion, ou leur peuple.

Ils sont à fleur de peau, écorchés vifs, très susceptibles et il faut comprendre que même si les dessins ou les caricatures les plus ignobles ne sont pas interdits par la loi, toujours en rajouter des couches et des couches n’est pas très malin. Quand notre Président de la République se glorifie en Afghanistan d’être le pays de la liberté d’expression et de faire encore une fois allusion aux caricatures de Charlie, il prend des risques.

Bien entendu, ce n’est pas normal, n’empêche que cela est.

Etre juif ou arabe n’est pas aussi simple que certains le disent.

Dimanche 2 mai 2021 . 9°C Villars les Blamont

Avant le confinement la grande angoisse c’était : tu fais quoi ce soir ? Une soirée vide c’était l’angoisse absolue. Alors le confinement est arrivé et nous a appris une autre dimension du temps, un temps vide, élastique, ralenti. Je ne remercierai jamais assez le confinement car il m’a permis d’apprendre une saison en enfer, d’Arthur Rimbaud : ça a été une expérience absolue, enivrante, étourdissante. Alors j ‘ai l’espoir qu’ on y aura encore souvent droit.

Dimanche 9 Mai 2021 Va faire 27°C Villars

Exit crise sanitaire. On ne parle que de présidentielles. Jean Nouvel avait dit à Macron : une seule priorité, les quartiers. Or Macron les a laissés en friche, a jeté le plan Borloo, et maintenant tout va se jouer une fois de plus autour de l’étranger, du migrant, des quartiers à l’abandon. La gauche est larguée, parce qu’en fait, même si ce n’est pas la perfection, on a la sécurité sociale, la retraite, les indemnités chômage, des aides multiples, c’est à dire de la justice sociale. Mais parler des migrations, de pays multi -culturels, c’est la défaite assurée.

Dimanche 16 mai 2021 Villars Pluie 9 °C

Je préférerai être déjà sous terre plutôt que d’assister à ces scènes horribles où l’on voit la classe dirigeante israélienne dopée aux dollars américains tordre le cou à toute tentative de la Palestine d’exister.

Par un invraisemblable travail sur la langue, palestinien est devenu synonyme de terroriste et toute défense du peuple palestinien est qualifiée de pensée antisémite

Il n’y a pas plus payant électoralement que de casser de l’Arabe .

Tais toi donc islamo -gauchiste.

Malakoff . 23 mai 2021. 14°C

“J’habite Bussang et je ne vais pas au théâtre du Peuple”. Telle est la question posée aux habitants de ce village des Vosges.

Pourquoi les habitants ne fréquentent pas le théâtre qui a été construit pour eux ? Cette question m’obsède. Et elle se pose un peu partout en France et même dans ma propre famille . Pour mes petits enfants qui ont une vingtaine d’années, aller au théâtre ne les intéresse absolument pas. Le prix des places ? non, je les invite, je leur offre la place, ils associent théâtre à ennui, théâtre à poussière, théâtre à mortifère. Puis je leur affirmer :

vous vous trompez. Non. Alors le pass culture est vraiment une illusion en ce qui

concerne l’art théâtral.

Villars les Blamont, 31mai 2021

il est revenu le soleil

Si je vivais aussi longtemps qu’Edgar Morin, je connaîtrai mes enfants septuagénaires et mes petits enfants quadragenaires dans la force de l’âge, je connaîtrai l’année 2044, la fête des cent ans du débarquement , et peut être la débâcle climatique et un milliard de réfugiés

Dimanche 6 juin 2021 15 °C Pluvieux Villars les Blamont

Pire que la pandémie, cette épidémie de bonheur qui envahit le pays m’est carrément insupportable .

On est content, on reprend, oh on est content de vous revoir, vous nous avez tellement manqué. On n’entend que ça partout.

Et les gens d’afficher leurs plaisirs, une terrasse, deux verres de bière , un chat qui s’étire, un coucher de soleil, et surtout leurs tronches, que l’on mette en dessous : comme t’es beau. On te like. Puis la grande débauche des potagers : mes tomates, mes salades. Jamais je ne suis allé aussi bien, hurlent -ils sur les Instagram et Facebook et dans tous les médias. Quelle honte quelle impudeur.

Dimanche 13 juin 2021 Villars. Chaleur

Quand Carla a dit : depuis qu’il n’y a plus les kapouchniks je ne sais plus pour qui voter, cela a provoqué en moi un déclic.

Plus d’un an sans Kapouchnik.

D’habitude nous traquons les nouvelles et devenons nous- mêmes journalistes et enquêteurs et une fois par mois nous présentons l’actualité sous une forme ludique dans un style bien à nous, ni guignols de de l’info, ni humoristes, car nous n’hésitons pas à émouvoir. Et pour de nombreuses personnes nous sommes leur seul journal. On l’a écrit : 25 septembre 2021, on s’y remet.

Dimanche 20 juin 2021. Carros (06)

Il faut s’y remettre. Je n’ai aucun plaisir à remplir les cases du calendrier. Le théâtre cela fait trop peur, Il y a tant de paramètres à maitriser. Les accessoires à rassembler, les textes à se remémorer, les billets de train trop chers. Ne rien oublier. Et puis l’équipe qui nous accueille ? Et les ennemis, la pluie, le soleil, la chaleur. Non, trop de stress. Et puis le miracle, on croise de la gentillesse, des gens qui nous aiment. Un enfant de neuf ans qui s’appelle Arthur crée l’événement pendant le parlement tant il raisonne bien, et une autre Lou qui est en sixième me fait craquer avec son amour des animaux. Toute cette tendresse qui déborde je fonds.


Genève 27 juin 2021 . Chaud orageux

Je suis en Suisse le dimanche veille du match de coupe d’Europe. Les Suisses savent qu’ils vont se faire manger mais le fait que la France parle d’une formalité pour les éliminer risque de décupler leur force pour faire mentir les prévisions. 7 millions d’habitants en Suisse, 67 millions en France. Si la Suisse éliminait la France, ce serait une fête inouïe au bord du lac Léman et même à Porrentruy.

Je me passionne pour cette Coupe d’Europe et ses suspens.

Malakoff, 5 juillet 2021. Pas l’été, pas encore

La vie peut -elle triompher de la mort ? petite question du matin. Mais par l’Art bien sûr. Je viens de passer une Nuit, avec Cendrars, Rimbaud, Michaux, Larbaud, Molière, Pina Bausch etc. Eh bien ils étaient bien vivants, réconfortants, intenses, lumineux, capables de réveiller nos vies ensommeillées, de nous arracher à la torpeur et aux peurs qui nous assiègent.

Villars , retour de Grasse, le 13 juillet 2021. 13°5 Horrible pluie permanente

Le public, mon abominable énigme. J’ai souvent envie de le fuir, il ne faut surtout pas que je me laisse aller à ses goûts. Trop souvent c’est vers le bas qu’il nous tire. Et puis il admire ce qu’on lui dit d’admirer. Qui lui dit ? Ils sont une demie- douzaine de connaisseurs, surtout des connaisseuses, qui font le tri et nous disent ce qu’il faut aimer. Pas si facile que cela que d’avoIr des goûts personnels. Et paradoxe extrême, ceux qui ne connaissent rien du tout et qui sont incultes sont souvent doués d’une naïve perspicacité.

Malakoff 18 juillet 2021 un bout d’été

J’aimais dire du mal de tout le monde quand j’avais ma rubrique dans Cassandre. Je cassais du sucre sur les uns et les autres comme dit l’expression populaire.

Olivier Py était une de mes cibles préférées : petit marquis arriviste insincère etc.

Mais lorsque j’ai voulu jouer dans le IN d’ Avignon, il ne s’est pas gêné pour me tancer : Jacques, vous n’avez jamais été tendre à mon égard et vlan la porte sur le nez. Moralité: si tu dis du mal de quelqu’un, attends toi à une parfaite réciprocité.

Genève 25 juillet 2021 Orageux

Genève : le migros de la gare

Incroyable mélange de population.

Comme s’il n’y avait plus aucun suisse mais que des afghans, des tunisiens, des serbes, des sénégalais, des chinois, des éthiopiens etc.

J’aime cette idée que sur chaque coin de terre tous les peuples s’y côtoient pacifiquement et respectueusement .

C’est l’avenir du monde, cent quatre vingt dix pays en un seul.

Pernand Vergelesse, 31 juillet 2021 21°C

J’aime voir les puissants chuter. Cela me réconforte de savoir qu’ils n’étaient pas plus solides qu’un petit beurre lu. Quand la France du football si imbue d’elle même, si fière s’incline devant la petite Suisse, je suis envahi par la satisfaction et quand l’homme le plus fort du monde, Teddy Riner ses pectoraux splendides et ses 137 kilos se fait mettre Wasi Hari par un nain de 1,75m , je jubile. C’est le thème de Macbeth aussi, plus tu montes haut, plus ta chute sera vertigineuse.

Dimanche 8 août 2021 . Dampierre sur Linotte. Pas encore l’été

Le vivant, rien ne le remplace. Être à deux mètres de Marie -Jose Mondzain ou de Miguel Benasayag, leur passion est contagieuse, on grandit on se sent augmenté, on peut même leur parler.

C’est une réaction chimique incroyable, un métabolisme puissant. Cela fait cinquante ans que j’ai quitté la fac et que je n’ai plus fait de plein de pensée présentielle, nouveau mot très mode.

Dimanche 15 août 2021. Villars . 26°C Orage

Le débat fait rage. Les anti-vaccins montrent les dents, il faut se positionner. Et voici ma décision :

Les non-vaccinés volontaires n’auront désormais plus droit aux soins. L’entrée à l’hôpital leur sera interdite. C’est de la logique pure. Ils ont applaudi le personnel médical, et ils font en sorte qu’il soit débordé de nouveau. Alors la porte de la ré-animation leur est fermée.

J’appliquerai la même loi pour les anti -syndicats, t’es contre, d’accord mais tu ne jouiras d’aucun des avantages obtenus par leur lutte.

Dimanche 22 août 2021 Lozère frais le soir

On a fait un petit silence de quinze secondes avant le diner. Cela fait cinquante ans que la Lozère fait partie d’un rituel familial inébranlable.

Bizarrerie, ici, rien ne bouge, rien ne change, les paysages ne vieillissent pas, la lune fait toujours à la même heure le même numéro. On feuillette le grand cahier de souvenirs, avec ses naissances et ses disparitions La Lozère c’est toujours pareil, et c’est ça qui nous plait

Dimanche 29 août 2021. Col de Salides Lozère 1034 mètres pour avoir une connexion

On n’a pas le droit de tout avoir, on a voulu sortir des théâtres, ne pas chercher la reconnaissance parisienne, alors on n’a pas accès aux nécrologies des médias nationaux. Michel Crespin, Jean Georges Facon dit Tartare n’ont eu droit à aucune ligne nulle part. Le mouvement des arts de la Rue a quarante ans et n’existe toujours pas. Et moi j’aimerais tant avoir un article dans la rubrique «disparitions» du Journal le Monde. Je crois que je vais réclamer mon dû.

Dimanche 4 septembre 2021 Villars . plein été

C’était le rendez vous de tous les dangers , celui où l’on se dit : ça passe ou ça casse, même peut être un rendez -vous historique. Allaient -ils nous débrancher ? Il y a un certain théâtre dit public qui ne peut pas vivre sans apport financier de l’Etat et des collectivités. C’est le cas de l’Unité, sa rentabilité est spirituelle, pas financière. Avec la pandémie etc, notre âge, c’eût été facile, pfouitt, rayé de la carte. Eh bien le Ministère de la Culture, nous accorde un sursis de trois ans. Jusqu’en 2024. Ainsi nous mettrons le point final à 56 années de rencontres, de créations, de voyages, d’idioties et de poésies.

,

Dimanche 12 septembre 2021 Malakoff été indien

«Vous aimez la vie nous aimons la mort». C’est l’anniversaire du 11 septembre, et le procès du Bataclan. Ça a été dit et redit, on n’a pas le droit de connaître les motivations des terroristes, car ils n’auront droit à aucune excuse. Aucune. Parfois oui, parfois, j’essaye de comprendre et il m’apparait que la carte du Moyen Orient a été charcutée sans vergogne par les nations occidentales et que leurs morts se comptent par centaines de milliers. Je veux comprendre.

Lundi 20 septembre 2021 Audincourt. Le retour après onze jours

Forêt de Verrières le Buisson.

Tout est en feu je me régale comme un enfant . C’est le final de Macbeth, la scène la plus apocalyptique du répertoire que seul le théâtre de rue peut mettre en scène . C’est un déluge de flammes et de combats violents et je lance des grenades enflammées et le sol rougeoie. Et je jubile. Apollinaire l’avait dit avant moi : «ah dieu que la guerre est jolie». C’est pour cette raison que l’on aime tant jouer à faire la guerre.

Dimanche 26 septembre 2021 Villars Temps doux 17 degrés

Ça redémarre comme si on ne s’était jamais arrêté.

Ces 19 mois d’arrêt c’est comme du temps compressé, comme si on n’avait rien vécu pendant.

Retrouvailles Kapouchnik. Tous les réflexes sont là, et la peur et l’angoisse, et les difficultés diverses.

Des gens s’approchent de nous comme s’ils nous vénéraient. “Ah quel immense plaisir de vous retrouver” disent- ils. Mais moi je recherche une marque d’estime de l’élite théâtrale, du Gotha du théâtre or ceux là ne m’accordent pas le moindre regard. Quelle poisse….

Pas d’amertume les rires effacent tout, on n’y peut rien, le rire stimule, soutient, donne de l’énergie, rend heureux.

Dimanche 3 octobre 2021 Epinal automne

Je ne comprends pas pourquoi je hais la formule : vous nous avez manqué.

Sans doute parce qu’elle est éminemment hypocrite. Le débat «essentiel, non essentiel», s’est volatilisé. Moi qui ne jurais que par la nécessité de la nourriture de l’âme par la poésie, je dois enterrer mes certitudes. Même unis et tous ensemble, nous les artistes, notre rôle dans la société est microscopique, dérisoire, minuscule. Ah si seulement nous étions des virus.....

Dimanche 10 octobre 2021 Epinal

Les énormités en politique passent bien. Il suffit d’un bon aplomb et d’un emballage pseudo -historique. Les langages décaféinés, sans relief et gentillets ne rassemblent plus. On veut du simple, du schématique avec un taux de haine élevé.Celui qui veut l’emporter doit miser avec des arguments imagés sur la peur de l’étranger qui vole et viole, le Satan 2021 fréquente les mosquées et mange hallal. Notre hymne l’énonce clairement : qu’un sang impur abreuve nos sillons !

Dimanche 17 octobre 2021 Sotteville 9°C

Nuit Unique, 7 heures de jeu.

Dans un rêve j’expliquais à mon père joué par Hervée les différents bouleversements advenus en 40 ans dans notre société : plus d’URSS plus de mur de Berlin, 4 milliards de téléphones portables, internet . Mon père me rétorquait : tu dis n’importe quoi, je vais te mettre une torgnole.

Ce qui n’a fait aucun progrès c’est l’automobile, oui papa la DS 19 c‘est toujours la voiture de l’Année.

Dimanche 29 octobre 2021 Malakoff

J’adore faire des prédictions. En 2002 j’étais sûr que Jospin passerait, en 2007 j’avais prédit que Sarkozy ne passerait pas, en 2016, je ne donnais aucune chance à Trump. J’ai faux à chaque fois. Ma prédiction 2022 : Zemmour ne passera pas.

samedi 6 novembre 2021

Déjà les présidentielles. Partout on entend : je ne voterai pas au second tour. Moi- même je doute .A quoi ça sert ? Ce n'est pas un vote qui changera ma vie. Et je me ressaisis. Mon théâtre ne vit que grâce aux subventions' et c'est de la politique aussi. La gauche passe en 1981... notre subvention augmente de 400% grâce au vote des français. Notre vie est transformée.Alors non, on ne m'empêchera pas de voter.

Samedi 13 novembre 2021

Je suis né au théâtre dans les années 1968

En ce temps -là tout était simple : on n'avait qu'un seul but : jouer pour celles et ceux qui ne mettraient jamais les pieds dans un théâtre.

Notre ennemi n° 1 c'était le public qui allait au théâtre trois fois par mois fréquentait les lieux culturels légitimes.

Pas question de jouer dans les centres villes. Nous n'avions qu'uh seul mot à la bouche : jouer pour les défavorisés dans les lointaines banlieues.

D'ailleurs nos financeurs nous le rappelaient, nos subventions devaient servir à gagner les exclus de la culture.

Alors par provocation et humour nous avons joué pour les chiens, oui, le théâtre pour chiens a fait longtemps partie de notre répertoire.

Je croyais dans la mixité sociale, dans le théâtre de la diversité.

Avoir un ouvrier ou une femme de ménage dans la salle, c'était pour nous la suprême réussite.

Et moi je continuais mon théâtre pour les pauvres, les rejetés de la société.

On a fait une pièce sur le football : phénoménal football car il fallait que nos sujets touchent le populaire.

Notre ennemi N° 1 s'appelait la Comédie Française et son public moisi, ou les théâtres Nationaux, avec les auditeurs de France inter France Culture, France Musique, lecteurs du Monde et de Télérama, tous plus que cinquantenaires pour lesquels nous avons bien- entendu un profond mépris.

Les Centres dramatiques Nationaux faisaient eux aussi partie de notre haine sociale, nous dénoncions haut et fort leur public TLM ( Toujours les Mêmes ). D'ailleurs très vite ils ne nous ont plus jamais invités,

Au bout de cinquante ans, nous faisons notre bilan.

Oui, nous avons touché du public populaire dans nos fêtes urbaines , le carnaval des ténèbres ou le réveillon des boulons

Oui nous avons inventé le Kapouchnik qui touche aussi un public de gens modestes. On ne paie content qu'à la sortie.

Nous avons inventé des ateliers pour des marginaux en errance sociale et scolaire.

Nous avons fait trembler tous les paramètres du théâtre habituel en pratiquant l'art furtif, les impostures, des brigades d'intervention théâtrales, des pièces de dix minutes ou de sept heures toute la nuit. Du théâtre dans les forêts dans les prés, sur les chemins.

Jamais nous n'avons cherché le succès, qui pour nous représentait la plus grande des déchéances.

Nous avons fait tout ça, avec cependant quelques accrocs à nos objectifs : l'Opéra Bastille, le festival d'Avignon IN, même un succès dans le Off, et aussi l'hôtel Lutetia uniquement pour la grande bourgeoisie et ses visons.

Il y a eu malgré tout des grandes tournées internationale où là on nous reconnaissait comme des gens importants du paysage théâtral.

Et encore la direction d'une Scène Nationale que nous avons démonétisé pendant neuf ans en y pratiquant le théâtre de rue, la plaisanterie et même en remplissant le théâtre de jeunes à casquette et de clochards et des pensionnaires d'Emmaus etc.

Le résultat est clair : au bout de cinquante ans nous sommes considérés comme les gilets jaunes du théâtre, des gens louches e populistes, des animateurs plus que des artistes, des fous sympathiques et brouillons.

Notre carrière n'aura été que descentionnelle. De Paris nous sommes passés en banlieue , puis grande banlieue puis exilés dans une sous préfecture du Doubs et terminant notre vie dans une friche d'une bourgade de 15000 habitants dont personne ne connait le nom au delà des frontières de la Franche -Comté.

Hervée de Lafond ma complice depuis un demi- siècle me confie : je suis fière de ce que l'on a fait, très fière même, et si nous ne sommes pas reconnus c'est que les experts qui fixent les valeurs théâtrales ne s'appellent plus Firmin Gémier Jean Vilar, Jacques Lecoq ou Jacques Copeau, mais ne sont que de médiocres personnages que l'histoire a déjà oublié.

Ecrit par jaques Livchine inspiré par la fête des morts le 1er novembre 2021 à l'âge de 78 ans ou 28 755 jours de vie sans métastase.


Samedi 20 novembre 2021

Rimbaud hurle : il faut être absolument moderne, moi j'essaye désespérément de rester dans la course, de rentrer dans le vingt et unième siècle mais hier l'introduction dans la langue française de "Iel" m'a considérablement abattu. Ni homme,ni femme, au panier cette distinction ringarde, dans moins de deux ans je porterai une jupe, c'est presque sûr et je me maquillerai, sur notre carte d'identité, l'appellation monsieur ou madame va disparaître, je ne serai ni mâle ni femelle, mais iel.





Panne de site, absence de billets pour quelque temps. On reconstruit.